lundi 3 octobre 2016

Zoé

John Scalzi, L'atalante, 2014, 384 p., 10€ sans DRM

  

Quatrième roman du cycle du Vieil homme et la guerre. Ou quand les besoins financiers de l'auteur et de son éditeur prennent le pas sur la littérature.

Présentation de l'éditeur :

Je m'appelle Zoé et j'ai quinze ans. Je suis la fille adoptive de John et Jane Perry, ex-officiers des Forces de défense coloniale. Je suis aussi la fille de Charles Boutin, l'homme qui a donné la conscience à tout un peuple d'extraterrestres. Je suis enfin, de ce fait, l'icône de ce peuple et je vis sous la protection de Pirouette et Cacahuète, deux de ses représentants. Je suis encore — soit dit en passant — la copine d'Enzo, un garçon tout à fait mignon et qui me permet de me faire les dents. Ouf ! Mon récit commence quand John et Jane acceptent d'encadrer la colonisation d'un nouveau monde. Vous avez lu cette aventure dans La dernière colonie. Mais sûrement pas comme je vais vous la raconter

Mon ressenti :

Il s'agit dans ce roman de raconter l'histoire de La dernière colonie par le point de vue d'un autre personnage. Procédé qui peut donner le meilleur (voir Jésus vidéo et L'affaire Jésus de l'excellent auteur Andreas Eschbach) mais aussi le pire ici
D'après la revue Bifrost, John Scalzi serait coutumier du fait :
"L'exercice est plus discutable lorsqu'il se fait purement stylistique, comme dans The Sagan Diary (Subterranean Press, 2007 ; inédit en France), qui reprenait les événements des Brigades fantôme du point de vue de Jane et se révélait pratiquement incompréhensible, lu isolément."

Cela ressemble au journal d'une ado de 15 ans, de la fraicheur peut-être, mais surtout de l'exaspération devant sa bluette sentimentale, ses amis, ses parents qui ne comprennent rien, ses "tourments existentiels".
De la littérature jeunesse que je déconseille toutefois d'acheter car, plus dérangeant, je pense que ce livre ne peut se lire sans avoir lu La dernière colonie car le récit n'existe pas, nous n'avons que le vécu de Zoé.

A oublier.

Autres romans du cycle :

La critique La critique La critique La critique

Quelques citations : 

— J’aurais dû deviner que tu étais sa fille. Vous avez les mêmes yeux.
Retiens-toi, m’a soufflé la zone polie de mon cerveau.Retiens-toi. Laisse filer.
— Merci. J’ai été adoptée.
Mon ami vert est resté planté là pendant une minute, à faire ce qu’on fait quand on vient de marcher dedans : il s’est figé dans un grand sourire pendant que les rouages de son cerveau se mettaient en branle pour trouver un moyen de se tirer de ce mauvais pas. Si je m’étais penchée, j’aurais entendu ses lobes frontaux faire clic clic clic clic en tentant de se réinitialiser.

4 commentaires:

  1. A oublier... OK, je m'en doutais déjà.
    Merci de confirmer!

    RépondreSupprimer
  2. Le cycle du vieil homme et la guerre aurait dû rester une trilogie...

    RépondreSupprimer
  3. Je suis de ton avis. J'ai lu que le recueil de nouvelles était convaincant.

    RépondreSupprimer
  4. Le recueil de nouvelles est plutôt "bof". A réserver uniquement aux inconditionnels fanatiques du cycle

    RépondreSupprimer