Featured

30/Jean Christophe Gapdy/custom

La Nuit des temps

mars 30, 2020

René Barjavel, 1968, Pocket, 416 p., 8€ papier




La science libère l'homme, le politique l'asservit.

Présentation de l'éditeur :


Au pôle Sud, les membres d'une expédition internationale sont en émoi. Ils ont détecté, sous 1 000 mètres de glace, des ruines gigantesques, enfouies depuis 900 000 ans et d'où s'élève un signal régulier. Que vont-ils découvrir ?

Mon ressenti :


Ayant lu par imprudence un roman de René Barjavel, il y a quelques temps, le voyage en Antarctique de Nicolas Martin m'avait donné envie de retrouver l'atmosphère du pôle Sud. Considéré comme un classique de la SF, paru en blanche comme il se doit, que vaut cette nuit des temps ?

On démarre assez classique avec une expédition scientifique qui découvre des ruines dont l'existence est impossible selon les connaissances de la science et de l'Histoire de la Terre. Nous sommes en plein mythe de la civilisation disparue.
Mais là où souvent s'arrête l'histoire, Barjavel prend un virage assez novateur dans la forme, il nous narre les événements d'il y a un million d'années. On part dès lors en pleine utopie où la science a permis des progrès fulgurants grâce à l'équation de Zoran : l'énergie universelle. Chaque citoyen y a accès librement, la vie est belle et douce. Utopie oblige, la dystopie n'est cependant jamais loin...

— Je ne comprends pas ce qui le rend si dur, dit-il. Il est pratiquement pur.
— « Il », quoi « il » ? Quel est ce métal ? demanda Léonova énervée.
Hoover était un géant roux ventru et débonnaire, aux mouvements lents. Léonova était mince et brune, nerveuse. C’était la plus jolie femme de l’expédition. Hoover la regarda en souriant.
— Quoi ! Vous ne l’avez pas reconnu ? Vous, une femme ?... C’est de l’or !...

La lecture vaut surtout pour sa critique des médias et pour la place accordée à la science, même si elle reste ancrée dans l'imagerie de l'époque. Les items sont classiques, le thriller aussi et certains événements font parfois lever les sourcils ou offrent un peu de sport à nos zygos. Paru en 68, le texte en contient les marqueurs, révolution des moeurs, les blocs politiques rappellent le conflit Est/Ouest, toutes les représentations de la SF sont présentes : alimentation à l'aide de pilules, voiture volante... La place de la femme est mi-figue, mi-raisin selon les pages.
Reste une ode à la science, progrès humaniste libérateur de l'Homme et une forme novatrice pour l'époque. Le ton est assez pessimiste, l'homme étant décidément et définitivement un loup pour lui-même.

Ce roman était à l'origine un scénario de film qui n'a jamais vu le jour.
Pour compléter, tu peux toujours écouter ce podcat consacré à l'auteur.

Défi Cortex

 

René Barjavel : une oeuvre à l'abri des ravages du temps

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-du-vendredi-21-decembre-2018
La méthode scientifique du 21 décembre 2018
Lien direct (enregistrer sous)
Comment Barjavel est-il devenu une référence de la science-fiction ? Quel fut son parcours et ses autres vies ? Comment percevait-il le progrès scientifique ? Quelles furent ses inspirations et qui inspira-t-il ?
Pour parler de l’œuvre de René Barjavel, nous recevons aujourd'hui Pierre CREVEUIL, président de l’association des Amis de René Barjavel, et Natacha VAS-DEYRES, chercheuse associée de l’université Bordeaux-Montaigne et spécialiste de la littérature d’anticipation.



Quelques citations :


Nous avons quelque chose en commun qui est plus fort que nos différences : c’est le besoin de connaître. Les littérateurs appellent ça l’amour de la science. Moi, j’appelle ça la curiosité. Quand elle est servie par l’intelligence, c’est la plus grande qualité de l’homme. Nous appartenons à toutes les disciplines scientifiques, à toutes les nations, à toutes les idéologies. Vous n’aimez pas que je sois un Russe communiste. Je n’aime pas que vous soyez de petits capitalistes impérialistes lamentables et stupides, empêtrés dans la glu d’un passé social en train de pourrir. Mais je sais, et vous savez que tout ça est dépassé par notre curiosité. Vous et moi, nous voulons savoir. Nous voulons connaitre l’Univers dans tous ses secrets, les plus grands et les plus petits. Et nous savons déjà au moins une chose, c’est que l’homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables, et que chacun de notre côté, dans notre morceau de connaissance et dans notre nationalisme misérable, c’est pour les hommes que nous travaillons. Ce qu’il y a à connaître ici est fantastique. Et ce que nous pouvons en tirer pour le bien des hommes est inimaginable. Mais si nous laissons intervenir nos nations, avec leur idiotie séculaire, leurs généraux, leurs ministres et leurs espions, tout est foutu !


Vous aimez les escargots, petite sœur ? Ils sont repartis d’au-dessous du barreau le plus bas de l’échelle, et ils ont refait toute la grimpette, ils sont retombés en route, ils ont remonté encore, et retombé, et, obstinés et têtus, le nez en l’air, ils recommençaient toujours à grimper, et j’irai jusqu’en haut, et plus haut encore ! dans les étoiles ! Et voilà ! Ils sont là ! Ils sont nous ! Ils ont repeuplé le monde, et ils sont aussi cons qu’avant, et prêts à faire de nouveau sauter la baraque. C’est pas beau, ça ? C’est l’homme !

Ondes Futures du samedi 28 mars au vendredi 03 avril 2020

mars 27, 2020

Ondes Futures, une télé et une radio résolument SFFF !
Chaque semaine, ma sélection de programmes SFFF pour ne plus jamais vous endormir devant la petite lucarne ou au volant.


Cette semaine sur les ondes :

Miyazaki et Tolkien s'emparent des mythes et légendes;
Pendant que le ciel inspire les mythes et la science-fiction.


Tout cela et bien plus encore : https://wke.lt/w/s/upmw0m


Imitation Game

mars 26, 2020

Film réalisé par Morten Tyldum, 2015, 01h55



Trois époques pour tenter de décrypter qui est Alan Turing et comment il a cassé le code Enigma.

Synopsis :


Mathématicien de génie, Alan Turing est chargé par les autorités britanniques, dès 1939, de briser Enigma, le code secret utilisé par les Allemands. Une mission de haute importance car cette découverte pourrait mettre fin à la guerre. Il travaille sans relâche au sein des équipes réunies à Bletchley Park. Les relations d'Alan Turing avec ses collègues, Hugh Alexander, Denniston et Nock, sont compliquées, tant le scientifique se montre asocial. Seule Joan Clarke, une jeune femme brillante et avide de liberté, semble le comprendre. Alan Turing finit par la demander en mariage alors qu'il est homosexuel. Un secret qu'il tente de cacher tant bien que mal...

Alan jouant au jeu de l'amour et du cryptage

Mon ressenti :

Enigma vs Christopher
Maths vs Nazis
Secrets vs Mensonges


Deux ans après qu'Alan Turing fut gracié par la Reine d'Angleterre, ce biopic revenait sur ce génie des prémices de l'informatique et de son rôle, longtemps ignoré et tu, durant la seconde guerre mondiale.


Les allemands étant à cheval sur leur vie privée, ils cryptaient tous leurs messages. Les patries de la liberté voyaient d'un mauvais oeil ces petits cachotiers et décidaient, en particulier les anglais dans ce cas, de découvrir comment révéler leurs secrets.
Même si en majorité les événements se déroulent durant la guerre, celle ci reste au loin mais palpable dans les faits et gestes, dans la psychologie des personnages.

Alan jouant au Memory

Alors qu'en ces temps difficiles, tout devrait aller dans le sens de l'effort pour vaincre les nazis, la société reste ancré dans ses représentations : les femmes restent confinées dans leur rôle genrée et les homosexuels doivent cacher leur identité sexuelle (la réalité historique est un peu différente)
La force du film est de ne pas s'arrêter au décryptage du code Enigma, mais d'aller plus loin dans l'Histoire de cette guerre qui révèle bien d'autres surprises...
Je n'aime pas la guerre, les militaires car ce sont toujours une histoire des puissants, de récit national. Faire croire que la guerre a été gagné par l'héroïsme et non par un calcul mathématiques et statistiques ou autres choses est beaucoup plus vendeur. Ce film montre les dessous de la victoire, faite d'innombrables petits faits divers qui mis bout à bout...

Un film qui vaut aussi par l'interprétation de Benedict Cumberbatch qui incarne parfaitement l'image (d'épinal) de ce génie asocial. Encore une fois, c’est un film commercial, et les quelques liens vers Wikipedia (Imitation Game - Alan Turing) montre clairement les quelques simplifications, hiatus à la réalité historique. Dommage de faire de ce matheux un homme asocial, limite autiste de haut vol.
Mais rien n'empêche le spectateur d'aller plus loin...

J'ai beaucoup aimé ce film qui permet de connaitre un pan méconnu de l'Histoire de la seconde guerre mondiale. Pour ma part, j'ai passé un très agréable moment de visionnage,

Alan jouant au jeu de l'imitation


A cette fin, je te conseille l'écoute de cet entretien avec Dermot Turing, le neveu d'Alan qui permet de nuancer pas mal de choses sur sa personnalité sois disant asociale, sur son rôle prédominant dans le décryptage ou encore sur le déroulé de l'Histoire.

En outre, tu y apprendras le rapport entre le la bombe au chocolat et Enigma.

Et surtout, que le code a été cassé pas une, mais trois fois !

Enigma, les secrets du code nazi

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-jeudi-10-octobre-2019
La méthode scientifique du 10 octobre 2019
Téléchargement direct (enregistrer sous)

La fabrique de l’histoire, aidée par la fiction et notre goût collectif pour la jonction entre les drames personnels et les enjeux universels aura retenu que, derrière les lignes de front et le sacrifice de milliers de jeunes gens lors du débarquement de Normandie, la victoire des alliés dans la Seconde Guerre Mondiale a été rendue possible par les travaux d’un génie de l’informatique, qui a réussi à craquer le code allemand Enigma avant d’être poussé au suicide et oublié de tous. Alan Turing est aujourd’hui réhabilité et son neveu Dermot publie aujourd’hui l’histoire de cette machine Enigma mais loin d’être une hagiographie de son oncle. Ce livre est au contraire un document sur la longue et sinueuse histoire de ce déchiffrement et du rôle central de la Pologne et de la France dans ce récit.


Alan jouant à l'homme statue

Bob, textile futé - Tout va bien, dormons tranquilles - Céder la place - Orwell m'a tu

mars 23, 2020

Editions 1115, 32 p., 1€ la nouvelle, epub sans DRM 



Pas un, pas deux, pas trois, pas 1115, mais 4 textes chroniqués ! Il est fou, le chien critique, il est fou !

Bruno, Emmanuel, Luce et Ménéas nous emmènent voyager dans des contrées actuelles ou dans un futur assez proche. Qu'ils s'interrogent sur la technologie, nos comportements alimentaires, culturels ou politiques, tous nous disent attention, chacun de nos actes à des conséquences. Réfléchissez 7 fois avant d'agir.

Bob, textile futé, de Luce Basseterre, 2018

Présentation de l'éditeur : Vous pouvez changer de peau, changer de style, revoir toute votre garde-robe ou endosser de nouveaux costumes. Ou vous pouvez aussi laisser faire Bob.
Bob peut tout changer pour vous, il peut vous transformer, littéralement. Mais attention, Bob ne connaît pas ses limites.
Et si, un jour, il allait trop loin ?

Mon ressenti :
Bob est un textile futé, très technique. Ici, pas question de juste écrire quelques caractères en surimpression, il s'agit d'un tissu révolutionnaire, comme une deuxième peau avec son identité propre. Mais peut-on faire confiance à Bob ?
Sans effet spectaculaire, l'autrice nous amène à réfléchir sur les innovations  technologiques plébiscités par les start-up, s'embarrassant peu de questions éthiques pour mieux se concentrer sur l'argent. J'ai bien aimé l'ensemble, les changements de point de vue sont bien amenés, mais j'aurais préféré un final plus percutant, et j'ai trouvé l'histoire un peu tiré par les cheveux.
Et  désormais, je vais regarder d'un autre oeil les nouveaux tissus technologiques.
La question que je me pose aussi, le Bob du titre est-il un clin d'oeil à Bob l'éponge ?

L'avis de Koyolite


Tout va bien, dormons tranquilles, de Ménéas Marphil, 2018

Empathie, quand tu nous tiens...

Présentation de l'éditeur : Notre héros sort du noir pour plonger dans l'inconnu. Et quel inconnu ! De mécanismes et de rouages, le monde autour de lui tourne comme une machinerie folle, prête à broyer les individus, sans d'autre fonction que de les trier, les ranger et les mener au terme d'un parcours implacable. Mais quel est le terme de ce parcours exactement ?


Pendant ce temps, les cons les plus légers croient que les Glaucons sont en train de leur apprendre à voler. Il leur manque quelques synapses pour comprendre que s’ils sont si légers, c’est parce que la connerie est un truc qui ne pèse que sur les autres.

Mon ressenti : Difficile de résumé le texte sans tout déflorer. Deux personnes se réveillent dans un lieu inconnu sans savoir pourquoi et qui ils sont.
L'auteur déjoue le trope de l'amnésie pour nous plonger dans une sorte d’allégorie sous forme de prise de conscience éthique autour des conséquences de nos comportements de consommation.
Je ne m'attendais pas à cette conclusion qui se révèle un peu trop rapidement pour être fulgurante. Mais c'est bien écrit et, pour moi, correspond à la SF que j'aime : savoir se mettre à la place de l'autre.
Et n'oublions pas, tout va bien, dormons tranquilles...

L'avis du Maki


Céder la place, de Emmanuel Quentin, 2019


Attention à vous lors de votre prochaine visite de musée virtuelle !

Présentation de l'éditeur : Il y a des moments dans la vie pour partir en voyage. Et d'autres pour visiter des endroits insolites. D'autres, encore, pour faire des rencontres qui vous glacent le sang. Et d'autres, enfin, pour céder la place, même si rien ne vous dit que vous la retrouverez en revenant. C'est vrai, si vous en revenez un jour...

Les bribes de conversation des autres participants nourrissent mon insatiable curiosité. Celle-là même qui, sans cesse, me pousse à disséquer le goût prononcé de mes congénères pour l’abject et le sordide.

Mon ressenti : Marre des visites virtuelles offertes par les musées qui se résument bien souvent à une bande son et une réalité virtuelle palote et nauséeuse ? Et bien, embarquez dans ces nouvelles visites 2.0 comme si vous y étiez et pénétrez dans un hôpital psy délabré où certains événements ...
Nous sommes ici a la lisière du thriller à suspense et de la SF. Si vous êtes une poule mouillée effrayée par le moindre bruit, passez votre chemin..
Ici encore, l'auteur déjoue la trame classique d'un lieu commun de la SF (difficile d'être plus explicite) pour nous amener dans des endroits qui font froid dans le dos. Brrr

L'avis du Maki, de Feyd Rautha


Orwell m'a tu, Bruno Pochesci, 2018

A lire avant de glisser votre prochain bulletin de vote

Présentation de l'éditeur
: Dans un futur proche, l'extrême-droite a pris le pouvoir. Réactionnaire et nationaliste, la France pourchasse et expulse tout ce qui n'est pas "bien de chez elle". Pendant des années, Daniel et Aïcha réussissent à passer entre les mailles du filet, jusqu'au jour où...

Comme la quasi-totalité de nos concitoyens, la lâcheté dont nous faisions montre au quotidien ne nous empêchait pas de vivre à peu près normalement.

Mon ressenti : La Marine a gagné, la France appartient enfin aux Français de souche et l'on suit le quotidien d'une famille bien de chez nous lors du Grand Repli.
En une trentaine de page, Bruno Pochesci nous dépeint cette France française dont on a eu maintes fois l'occasion de lire ici ou ailleurs. Cependant, il y apporte sa touche personnelle, la caricature, l'humour et les bons mots (xénophobonniche, aryanité-cassoulet). Et malgré l'outrance, l’auteur n'oublie pas de nuancer le comportement de son personnage.
Comme souvent chez l'auteur, le sexe n'est pas bien loin, mais ici, il a son utilité dans le récit.
Assez classique, la fin m'a tout de même bien chamboulé par sa brusquerie.
Une nouvelle à chute, comme on les aime, enfin façon de parler...

L'avis du Maki et de Vert
The Maki Project 2020

Ondes Futures du samedi 21 au vendredi 27 mars 2020

mars 20, 2020

Ondes Futures, une télé et une radio résolument SFFF !
Chaque semaine, ma sélection de programmes SFFF pour ne plus jamais vous endormir devant la petite lucarne ou au volant.


Cette semaine sur les ondes :

Ce n'est pas parce que tu es confiné que tu dois devenir un con fini !
Comme un mercenaire mandalorien ?
Ou comme un scientifique mâle ?
Alors, écoute l'histoire de Blob qui te dit comment conquérir le monde avec rien !


Tout cela et bien plus encore : https://wke.lt/w/s/lwkKAt


Ondes Futures du samedi 14 au vendredi 20 mars 2020

mars 13, 2020

Ondes Futures, une télé et une radio résolument SFFF !
Chaque semaine, ma sélection de programmes SFFF pour ne plus jamais vous endormir devant la petite lucarne ou au volant.




Cette semaine sur les ondes :


Margaret Atwood te parle théocratie;
Tracks traque la musique SF;
Et pendant ce temps, Einstein et Hawking discutent de Bételgeuse, en écoutant du Claude François !

Tout cela et bien plus encore :  https://wke.lt/w/s/ieCOMF


Le Mystérieux Docteur Cornélius

mars 12, 2020

Feuilleton d'Edith Loria, France Culture, 1977, 35 épisodes de 30mn

d'après le roman feuilleton de Gustave Le Rouge, 1912-1913

https://www.franceculture.fr/emissions/le-mysterieux-docteur-cornelius


Mais pourquoi est-il si méchant ?



Présentation de France Culture :


Que rêver de mieux ! Un savant de génie, au cerveau fêlé comme il se doit, avide de pouvoir et d’argent, amoral, à la tête d’une confrérie de bandits sans foi ni loi : Les Lords de la Main Rouge. Un feuilleton d'Edith Loria, d'après le roman de Gustave Le Rouge.
Un milliardaire américain-et sa fille (20 ans, évidemment très belle et fiancée)-un autre savant, français, celui- ci, et donc honnête (il souhaite ajouter sa pierre « à l’édifice radieux de la modernité »), des vols et des crimes, de la poésie et de l’aventure, l’Amérique des gratte-ciels et des marais maléfiques, la Bretagne reposante, et la voix terriblement inquiétante de Michel Bouquet dans le rôle du fameux Mystérieux Docteur Cornélius… !



Mon ressenti :


Tout commence lors d'une fête organisée par un milliardaire pour les 20 ans de sa fille où le cadeau, une pierre précieuse, disparait. A partir de là, les situations s'enchainent à travers le monde et voit la confrontation entre le milliardaire et ce mystérieux docteur Cornelius, appelé aussi, non, n'ayez pas peur, Le Sculpteur de chair !

De l'aventure trépidante et scientifique,
Des aventures rocambolesques,
De la romance,
Des merveilles scientifiques,
Des guet-apens,
Des voyages à travers le monde
Une pléthore de personnages,
Un savant libérateur des peines des hommes,
Un chien qui lit,
Un chien qui écrit,
Des caïmans,
Une justice au main des puissants,
Un air de collaboration et de fuite des cerveaux,
Des jeunes filles qui s'évanouissent,
Une fleur de sommeil,
Des clones,
Une lèpre verte,
Une île des Pendus,
Des peaux rouges,
Des pirates,
Des kolkhoziens,
Une gitane,
Un bossu,
Une main rouge,
Liste non exhaustive...


Quand c'est trop, c'est Tropico !?
Il y a de tout, cela part dans tous les sens et pourtant, ça marche !
Le méchant est vraiment méchant, avec toujours un coup d'avance sur ces adversaires, fourbe, vénal, avide de pouvoir, assassin, égocentrique et surtout, malveillant. Une figure du mal comme un célèbre Mabuse.
Notre groupe de valeureux héros aura fort à faire pour déjouer les manipulations des Lords de la Main Rouge.
L'auteur n'hésite pas non plus à emprunter de temps en temps à avoir un regard critique sur les moeurs de son époque, et surtout celles américaines, avec le racisme. Ceci dit, l'imagerie du bon sauvage français ne vaut pas tellement mieux...
Un petit mot pour les féministes : vous risquez de vous étouffer maintes et maintes fois.

France Culture a rediffusé cette adaptation qui date de 1977, permettant avec son ton désuet de s'immerger de bien belle manière dans cette oeuvre.
Chaque épisode s'ouvre sur un résumé succinct et se termine par une voix malicieuse qui nous appâte en faisant le teasing du prochain rebondissement, de la prochaine aventure, se permettant même de jouer avec le docteur Cornelius en l'affublant de nombreux épithètes. Ce découpage permet de rendre au mieux l'esprit au texte originel, sous la plume de Gustave Le Rouge, publié en feuilleton entre 1912 et 1914
Les comédiens prêtent leurs voix merveilleusement bien, à part peut-être le savant dont la voix imitée de vieillard fait plus rire qu'autre chose.

35 épisodes, 16h30 d'écoute, 16h30 de plaisir
Une mini série en a été tirée en 1984, diffusée sur Antenne 2


TmbM
a lu le livre et a pris plaisir à retrouver Gustave Le Rouge



A écouter ici : https://www.franceculture.fr/emissions/le-mysterieux-docteur-cornelius

ou à lire ici : tome 1 - tome 2 - tome 3
Fourni par Blogger.