Exodes

Jean Marc Ligny, L'atalante, 2012, 544 p., 10€ sans DRM


Il ne restera rien.

Une enclave protégée sous dôme face au réchauffement climatique pour riches élus. Une famille, le père chimiste essaye de trouver la formule de l’immortalité. Sa femme qui octroie les droits d’asile, leur fille, une jeune fille perdue et droguée.
Une mère et ses deux fils, dont l’un est malade. Elle tente de trouver un médecin qui pourrait le soigner.
Une vieille femme qui tente de sauver les animaux alors que pour la plupart des hommes, ils ne sont que de la nourriture.
Une fanatique religieuse et son mari alcoolique, leur fils qui a mis les bouts.
Un pécheur norvégien et sa femme, pris dans la tourmente de la violence et du racisme.

Tout ce monde va prendre la route pour une hypothétique vie meilleure.

Ils croiseront dans leur exode les boutefeux, des toxicos anars dont le but est de tout purifier par le feu, les mangemorts, et des gangs.
Ici et là, quelques groupes de survivants qui conservent une part d’humanité dans un monde plus individualiste que jamais.

Suite de la trilogie climatique débutée par AquaTM, Jean Marc Ligny brosse le portrait du réchauffement climatique et surtout de ses probables conséquences pour les humains. La pluralité des points de vue permet de s’attacher à certains personnages selon ses affinités. Le monde projeté est réaliste (sauf à quelques petits moments, rien de rédhibitoire) et hautement probable.
Les 500 pages m’en ont paru trente, tellement j’étais dans le récit.

Dans ce livre empli de désespérance, l’espoir que ce futur ne se réalise pas et que les mentalités changent…
Un livre profondément humain, sans œillères sur la bassesse de l’homme.

A lire au-delà des étiquettes de genre, d’autant plus avec un prix de 10€ sans DRM pour la version ebook.



Aucun commentaire

Fourni par Blogger.