La face cachée de Lune


Lectrice, blogueuse, jurée et bibliothécaire, le tout dans les mauvais genres, la SFFF, c'est peu dire que Lune du célèbre blog Un papillon dans la lune en connait un rayon.
Alors pour continuer mon tour d'horizon autour de la lecture, elle était la mieux placée pour répondre à mes interrogations.

Peux-tu te présenter, nous dire comment la lecture est venue à toi ?

Lune, bibliothécaire et blogueuse SFFF, la quarantaine cette année, ce qui est fort à propos pour cette période étrange n’est-ce pas !
La lecture est venue naturellement, grâce à mes parents : albums jeunesse, BD, puis romans SF, dénichés ensuite au CDI du collège (étonnamment bien doté en Présence du futur).


Est ce que ta manière de lire est différente depuis que tu blogues ? Et en quoi ?

J’analyse un peu plus et je prends des notes.


Te faut-il ta dose quotidienne de lecture ? Quel est ton rythme de lecture ?

Oui c'est la DROGUE. Je lis tous les jours, même deux pages.
Mon rythme est très variable. Cela peut aller d’un livre pour deux semaines à un livre tous les trois jours. J’ai une règle : aucune raison de se forcer à continuer un livre, si je ressens le besoin d’abandonner, je le fais. J’en parle ici.


Lors du choix de tes lectures, fais tu attention à l’éditeur, à la collection ?

Oui. Et à la couverture, j’adore les belles couvertures.


Doit-on séparer l’auteur de son oeuvre ?


A la hache.
A titre personnel, j'ai un avis très tranché (à la hache donc) sur les auteurs contemporains.
Plus question que je donne un centime à Jérôme Noirez, pourtant j’ai aimé certains de ses écrits, tout comme il m’est impossible d’acheter un CD de Bertrand Cantat. C’est un choix personnel que j’assume.
A titre professionnel, par contre, je me dois de proposer le panel de lecture le plus large possible au public, et je le fais.
Conclusion : Il faut séparer le professionnel du personnel.
En tous les cas, il est toujours bon d’avoir une lecture avertie de certaines oeuvres ou de certains auteurs.

Capture d'écran de son blog en janvier 2012,
Lune n'a pas pris beaucoup de rides.



Que fais-tu de tes livres une fois lu ?

Je garde ceux que j’ai aimé, j’offre certains en concours aux lecteurs du blog, je les donne à la  médiathèque, à mon père aussi. Je revends certains achats d’occasion.


Lectrice de SFFF, t'a-t-on déjà jeté l'opprobre par rapport à tes goûts littéraires ? Le regard sur ces littératures te dérange t-il ou assumes-tu le fait d’en lire ?

Oui c’est arrivé une fois, lors d’un concours de bibliothécaire. Le jury m’a reproché mes lectures SFFF. C’était pour me coincer à l’oral et ils ont réussi à me déstabiliser. J’étais jeune et naïve. Sinon ça reste rare.
Je serais bien malheureuse dans mon métier de bibliothécaire SFFF si je n’assumais pas !

Que recherches-tu dans un livre ? une bonne histoire, un style, le fait d’être bousculé dans tes convictions, pour creuser un sujet, une réflexion…

Me projeter dans d’autres vies/mondes/époques, et une part de réflexion bien sûr. Du Sense of wonder si possible !


La représentation des femmes et des minorités est un sujet de plus en plus prégnant. Fais-tu attention à ces aspects lors du choix de tes lectures ?


De plus en plus. Notamment d’un point de vue professionnel, où j’essaie d’offrir la plus grande diversité possible d’ouvrages, tant en termes d’auteurices, d’éditeurices que de personnages et de thématiques.
Cela dit, l’évolution de l’édition (lente certes mais elle existe) aide de plus en plus à rencontrer la diversité du monde dans les livres.


Tu as ouvert ton blog il y a 10 ans, pourquoi ? Et surtout, pourquoi continuer alors que la relève est là ?

Pour partager mes lectures, trouver des gens aussi bizarres que moi pour en parler (et j’en ai trouvé un paquet) et puis plus prosaïquement pour me souvenir (cerveau de poule tout ça).
La relève a besoin de petits coups de pouce pour se lancer, et puis aucun astéroïde ne s’est encore abattu sur moi, j’en profite pour squatter la blogo un peu plus longtemps.


Pourquoi un tel nom de blog et cet avatar ?

J’ai un tatouage de papillon dont je tairais l’emplacement, et la Lune c’est pour l’espace.
Le licornosaure j’adore, avec son mélange de merveilleux et de force. C’est un dessin tiré de la BD Tony Chu. Lisez Tony Chu.

Image exclusive et inédite :
la face cachée de Lune !



Tu te présentes ainsi sur ton blog : “Licornosaure, Bibliothécaire, jurée du Prix Planète SF, quiche intergalactique.” Tu peux détailler ?

C’est assez clair non ? “J’aime lire des livres et en parler, c’est ma passion et mon métier, mais je ne me prends pas trop au sérieux, bienvenue chez moi”.


Tu as ouvert un autre blog, Une chenille dans la lune (pas très à jour !), une envie de recevoir des SP de littérature enfantine ?

J’aime la littérature enfantine depuis longtemps, et avec mes enfants, comment te dire que la maison est une médiathèque miniature. Je m’étais dit que je pourrais partager les coups de coeur avec d’autres parents, mais ça s’est révélé trop chronophage. Je continue de partager quelques idées sur la page FB du même nom de temps en temps. Je ne désespère pas de m’y remettre un jour.


Un roman grand format tourne autour de 23€, une quinzaine d’euros en numérique, qu’en penses-tu ?

Que le prix des livres devrait permettre de mieux rémunérer les auteurices pour leur travail.
Que le numérique est généralement trop cher, surtout chez les gros éditeurs, mais que vraisemblablement ils ont perdu la bataille et finiront par s’en rendre compte. J’espère...


Tu lis dans tous les formats : papier, numérique et audio, l’expérience de lecture est-elle la même ? Comment choisis-tu le support lors de l’achat d’un livre ?


Pour le papier et le numérique c’est exactement la même expérience.
L’audio m’embarque plus vite et plus facilement, et me laisse plus de souvenirs sur le long terme.
Je prends le numérique quand il est vraiment peu cher, ou que le livre papier est un pavé (ou que le pays est en confinement à cause d’une pandémie mondiale, c’est so SF de dire ça).
L’audio me permet de découvrir des livres que je n’aurais pas choisi/osé lire autrement, comme Anatèm de Neal Stephenson (me faisait peur), Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee (un classique que je n’aurais pas pris le temps de lire sinon) ou des essais comme Sorcières : la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet. En fait, avec l’audio, je me permets de sortir de ma zone de confort, et je m’en crée une autre !


Comme tu tiens un blog, tu dois recevoir de temps en temps les fameux SP, les services de presse, des livres que t’envoie un éditeur pour un avis sur ton blog. Est ce que écrire ton billet dessus change ? Pourquoi ne pas le signaler dans tes billets ?

Oui je reçois des SP régulièrement. Non ça ne change rien et c'est pour ça que je ne signale pas spécifiquement les SP. J’ai toujours trouvé les remerciements en public moyennement délicats. Cela dit, je publie toujours une photo de mes réceptions sur les réseaux sociaux, les gens attentifs repèrent donc les SP puisque comme les autres blogueurs, je les reçois généralement avant qu’ils ne paraissent.
J’avoue quand même que je suis très contente de toucher mes royalties pour l’invention du comboji Stevland 🌱🌈 (Semiosis, Sue Burke, Albin Michel Imaginaire).


Nous recevons donc des livres gratos, en faisons indirectement la pub, le blogueur est-il un maillon de la chaîne du livre ? Ou juste une affiche publicitaire ?


Quand tu ouvres ton blog, tu ne te dis pas que tu vas recevoir des livres gratuits.
Généralement tu le fais pour le partage. Cela dit nous sommes une vitrine par la force des choses, avec ou sans SP.
Il faut juste se souvenir que si c'est gratuit c'est toi le produit, et en avoir conscience.
Par conséquent, je ne prends plus les SP avec des conditions intenables de type délai court, envoi du lien de la chronique à la maison d’édition etc. S’il commence à y avoir ce genre d’exigence, ça mérite presque un contrat de travail. Je suis toujours étonnée (non) du nombre de blogueurs/booktubeurs qui se précipitent sur les “offres de partenariat” de certaines maisons d’édition avec CV et lettre de motivation...
En l'occurrence le produit (moi) est heureux et consentant et aurait lu les livres même s’il avait fallu les acheter. Parce que c’est un loisir mais aussi mon travail !
Au final, quoiqu’il arrive, nous sommes un maillon de la chaîne du livre : le lecteur.

Un papillon dans la lune,
le blog SFFF pointu et érudit (source)



Tu participes à des salons littéraires, pourquoi ? Quel est ton avis dessus ?

Pour rencontrer les acteurs du milieu du livre, voir des conférences, élargir mes horizons. Je fais ça depuis mes études, et j’ai la chance de pouvoir allier l’utile (mon boulot) à l’agréable (mon hobby) donc je ne me prive pas. Maintenant j’ai même le plaisir d’y retrouver mes amis.
Cela dit, je ne vais quasiment qu’aux Utopiales, c’est proche géographiquement et donc plus simple pour moi.


Tu fais partie du jury Planète SF, envie de reconnaissance ou envie que la SFFF soit reconnue comme un genre à part entière ?

Les deux pour être honnête.
J’ai été très flattée d’être contactée en 2013 pour faire partie du jury.
Et j’espère qu’on va dans le bon sens, qu’on arrive à faire parler de la SF à notre petite échelle, et à mettre en avant les lectures des blogueurs. Cette année on a eu une belle sélection pleine de diversité pour le Prix Planète SF, ce qui n’est pas toujours le cas dans des Prix un peu plus installés/en vue.


Les délibérations sont tenues secrètes, pourquoi ? Vous tirez le gagnant à trou-trou ? Vous faites gagner l’auteur que vous avez envie de voir en chair et en os ?

Elles sont tenues secrètes parce qu’on dit que des conneries pendant toute une soirée avant de jeter les livres en l’air et de choisir celui qui tombe sur la tête de Gromovar.
Bon en réalité, on discute, on argumente, et il ne doit en rester qu’un même si on se couche tard. Personne n’a envie d’assister à ça, même pas nous.
(Aucun Gromovar n’a été blessé pendant cette séquence).

Logo Planète-SF



Tu es bibliothécaire dans une médiathèque, c’est quoi ? Un libraire fonctionnaire, un planqué ?

C’est quoi… Bien tu me fais finalement réfléchir un peu ! C’est quelqu’un de sous-payé qui partage sa passion avec des lecteurices sympas, a accès facilement à tous les livres qu’elle veut (si le budget suit, ce n’est pas le cas partout) et travaille tous les week-ends. Et qui n’a le temps de lire qu’après le boulot (non nous ne sommes pas payés pour lire).
Je ne vends rien, je ne subis donc pas la pression que peuvent expérimenter les libraires (force et respect) et ça me convient parfaitement pour avoir pratiqué ce métier pendant quelques mois au début de ma carrière.


Achètes-tu des livres autour de l’imaginaire ?

Oui, c’est un des secteurs d’acquisition dont je suis responsable. J’ai la chance d’avoir été suivie par ma direction et le budget a été multiplié par 3 au fil des années, me permettant de proposer un rayon bien fourni aux lecteurices de genre de la bib. Je dépense tous ces petits sous en librairie locale  indépendante. Ma libraire m’adore.


Que peut apporter l’imaginaire aux lecteurs ?

Tout ce qu’ils veulent. Surtout en ce moment. D’ailleurs le secteur SFFF est le seul à n’avoir pas vu ses emprunts baisser catastrophiquement dans ma bib cette année (à part les jeux vidéos Switch bon). Fait assez incroyable je dois dire, parce que généralement je me fais largement doubler par les polars ou les témoignages.


Un des grands constats de ce siècle - ou du moins l’image d’épinal - est que les jeunes ne lisent plus. Le constates-tu ?

Non. Le jeune lit, seulement il ne lit plus comme avant. Il lit des BD, des mangas, il lit en ligne (toutes choses je le rappelle non prises en compte dans la fameuse étude du Ministère). Mais le jeune a aussi autre chose à foutre, et il a bien raison, il pourra toujours s’y remettre plus tard, c’est la vie. L’important pour moi, c’est de lire aux bébés, lire aux tout-petits, faire du livre un objet de leur quotidien, et ils y reviendront toujours, un jour ou l’autre. Zen !


Demain, tu deviens Ministre de la Culture, quelles seraient tes propositions pour le livre ?

Sérieusement, jamais je ne prendrai cette responsabilité. Laisse moi dans ma grotte STP.
Bon mettons : une commune = une médiathèque, et une médiathèque = un vrai budget.


Sur ton blog, seuls 4 romans de Robert Charles Wilson de chroniqué, c’est quoi ce bordel !!!

Ah oui lesquels, je ne me rappelle plus mouahahaha. Je déconne, j’avais eu un gros coup de coeur pour le recueil Les Perséides chez Le Bélial. Il se trouve que j’ai beaucoup lu avant d’ouvrir mon blog il y a presque 10 ans (dingue non) donc la majorité des RCW que j’ai lus je ne les ai jamais chroniqués. J’ai adoré Spin, pas les suites, et j’ai été plutôt secouée par la fin d’A travers temps qui n’était pas sans rappeler Petit déjeuner au crépuscule de Dick.
J’ai oublié les autres, titres et histoires, mais je les ai lus aussi, c’est juste que ça ne m’a pas marquée.


Stephen King est ton auteur fétiche, pourquoi ?

Parce qu’il est vraiment très méchant !! Plus sérieusement, c’est un conteur sans égal doublé d’un véritable observateur critique de la société américaine. Ce mec est formidable. Il a écrit Le Fléau. Et La Tour sombre. Il me régale de tout ce que j’aime : la fin du monde, les univers parallèles, les nouvelles à chute. Mon souhait est qu’il ne meure jamais. J’ai déjà suffisamment pleuré à la mort de Terry Pratchett.


Quels sont les livres qui t’ont le plus marqué et pourquoi ? Te souviens-tu de l'éditeur et de la collection.

Petite : Le Cosmoschtroumpf de Peyo (qui se fait bien entuber mais positivement, il veut partir sur une autre planète et tous les schtroumpfs se liguent pour lui faire vivre son rêve) et Le Fauteuil magique d’Enyd Blyton..

Avant le blog : H2G2 de Douglas Adams (Présence du futur), Le Fléau , Le Pistolero, Marche ou crève de King, Le Monde enfin d’Andrevon, La Horde du Contrevent de Damasio, Des Fleurs pour Algernon de Keyes, Les Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett, World War Z de Max Brooks…

Depuis le blog : Mes Vrais enfants de Jo Walton, Terminus de Tom Sweterlitsch, L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante (audio), Le Problème à trois corps de Liu Cixin, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee (audio), Le Temps n’est rien d’Audrey Niffenegger…



Source


Peux-tu nous donner la recette des biscuits léopards ?

Nope, mais il y en aura aux Utopiales 2021, si toutefois elles ont lieu, pour ceux qui me croiseront !


Je te laisse clore cet entretien sur les sujets qui te tiennent à coeur

Merci, j’en profite pour vous parler de mon nouveau projet pour le blog “Une nouvelle histoire commence”, un podcast que je souhaite intégrer à chacune de mes chroniques (sous réserve d’autorisation) dans lequel je lirai les deux premières pages du livre chroniqué. J’ai lancé l’expérience avec Émissaires des morts d’Adam-Troy Castro chez Albin Michel Imaginaire. Si le test est concluant, je continuerai !

Lune fait son "Voyage au bout de la nuit"



Un grand, un immense merci à Lune pour le temps passer à me répondre.
Et on se retrouve dans quelques temps pour questionner un·e autre blogueu·r·se...


Site internet : http://unpapillondanslalune.blogspot.com/

Facebook : https://www.facebook.com/unpapillondanslalune

Twitter : https://twitter.com/Lune_Papillon

Une nouvelle histoire commence sur Soundcloud

 
J'avais fait du teasing pendant deux jours sur les réseaux sociaux en vous dévoilant deux indices

Mardi :



Il s'agit du module d'exploration Chang'e-4 qui s'est posé sur la face cachée de la lune


Mercredi :


Clin d'oeil à "Une nouvelle histoire commence" où Lune nous lit un livre

 

 

38 commentaires:

  1. Très chouette entretien !
    On retiendra qu'il faut ABSOLUMENT que les utos 2021 aient lieu !! ON veut des gâteaux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudra prévoir aussi des envois postaux, le Planète SF peut peut-être dégager des fonds ?

      Supprimer
    2. On va faire une cagnotte Leetchi

      Supprimer
  2. Sympathique, cet entretien ! Merci à tous deux :)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ton interview et à Lune.Et vu le budget que peut représenter l’achat de plusieurs livres par mois,on est super contents des bibliothèques et de leurs services.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Carmen et oui, les médiathèques c'est chouette, allez-y et profitez-en (les bibliothécaires ne mangent pas les usagers, enfin dans leur grande majorité)

      Supprimer
  4. Merci pour cette belle interview, très agréable à lire, à l'image d'une blogueuse très sympa. Et l'interviewer mord un peu mais il est sympa aussi. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci
      Et oui, j'ai été assez sympa pour une fois.

      Supprimer
    2. J'impressionne Le Chien critique. ça le canalise.
      Bisous Lorhkan !

      Supprimer
  5. Génial l'entretien! Par contre je l'avais pas du tout avec les indices xD
    J'aime beaucoup sa description de notre beau métier de passionné.e.s sous-payé.e.s :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les indices étaient pourtant très évocateurs.
      A cause d'elle, il va avoir une recrudescence de bibliothécaires.

      Supprimer
    2. Passionnés mais sous-payés mais passionnés. Mais sous-payés. Mais passionnés.

      Supprimer
  6. "Image exclusive et inédite : la face cachée de Lune !" : enfin du journalisme d'investigation qui tient ses promesses et fait de vraies révélations mordantes, bravo !
    Très sympa cet entretien. Long live the licornosaure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des années de recherche et de planques pour vous offrir cette photo exclusive. Voici n'a qu'à bien se tenir.

      Supprimer
  7. Hé Lune c’est quoi ”le comboji Stevland ”? Intéressantes questions du chien comme souvent sur ce blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai inventé le comboji 🌱🌈 Stevland pour le livre Semiosis et il est régulièrement utilisé par Albin Michel Imaginaire et donc c'est devenu une private joke entre Gilles Dumay et moi, les SP seraient mes royalties (ce qui n'est bien sûr pas le cas)

      Supprimer
    2. Au cas ou Greg n'a pas lu le livre, Stevland est un bambou arc-en-ciel, être végétal intelligent dans le roman Semiosis. Qui est excellent.

      Supprimer
  8. Et merci Lune j’avais pas fait le rapprochement avec le bouquin Semiosis. Du coup j’irai voir ta chronique vu que je l’ai pas lu.

    RépondreSupprimer
  9. Je savais bien que Lune avait des choses à nous cacher, merci au Chien pour son flair !
    Vivement les Utos ! 🍰🥧🍪

    RépondreSupprimer
  10. Je dirais même plus : Le gras, c'est la vie

    RépondreSupprimer
  11. Je pense que je vais souvent suivre Voyage au bout de la nuit,avec Marie.
    Merci au Chien pour l’info.

    RépondreSupprimer
  12. Chouette et intéressante interview, merci ;)

    RépondreSupprimer
  13. Super interview !
    Tu m'as tué avec le "Elles sont tenues secrètes parce qu’on dit que des conneries pendant toute une soirée avant de jeter les livres en l’air et de choisir celui qui tombe sur la tête de Gromovar." xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se fait toujours des idées sur le déroulement des prix, mais en fait, les critères sont assez fun.

      Supprimer

Fourni par Blogger.