Kappa16

Neil Jomunsi, Walrus, 2016, 134 p., 3€ epub sans DRM


Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?
La réponse n'est pas divulguée mais ce que l'on peut dire, c'est qu'ils sont adeptes du shintoïsme.
Une novella douce-amère sur l'humanité des hommes et des androïdes.


@initiate.memRecollection(true),
$print(presentationdelediteur.txt);

 

« Je suis Kappa16©, votre nouveau robot de compagnie. Je suis très heureux de faire votre connaissance. » Enoch est un androïde d’avant-dernière génération, acheté de seconde main par un père de famille pour prendre soin de son fils autiste. Les Kappa16© sont les machines les plus fiables du marché : elles obéissent à des règles qu’elles ne transgressent jamais. Mais dans l’intimité du cercle familial, quelque chose de terrible s’est produit, qui a contraint le robot à prendre la fuite.

Perdu dans un Berlin fantomatique, Enoch s’immerge alors dans le gouffre de ses archives pour tenter d’expliquer son impardonnable erreur.
@stop.memRecollection(true);

@initiate.memRecollection(true),
$print(monressenti.txt);

 

Nous voici plongé dans le #cerveau d'une #intelligence artificielle collective. Les <possesseurs> signent un contrat laissant toute latitude à la société conceptrice d'utiliser les données vues, enregistrées et ressenties par les #Kappa.

C'est très bien vu et fait. Tout le <monde> peut comprendre le #concept d'#intelligence artificielle, son #fonctionnement. L'immersion est d'autant plus complète car <Neil Jomunsi> parsème son texte de #langage informatique, facilement compréhensible.

L'astuce utilisée pour développer une #IA compacte ne demandant pas de calculs gigantesques m'a
Kappa dans la mythologie japonaise
particulièrement séduite. Réel ou imaginé par l'<auteur>, je ne puis dire.
Les #Kappas ayant été créé au Japon, ils sont particulièrement attaché au #shintoïsme et à la culture japonaise. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur le lien homme-machine-objet au pays du soleil levant. Le questionnement autour de la #conscience, du libre arbitre ou non des androïdes baigne le récit. (le début de l'émission sur <Alain Damasio> sur France Culture peut vous intéresser sur ce point)
Tout cela s'intègre parfaitement, le <lecteur> ne ressent pas de lourdeur.
@stop.memRecollection(true);


@initiate.memRecollection(true),
$print(coupdegueule.txt);

L'exploitation des #autistes dans la littérature, le cinéma commence sérieusement à m'énerver. Pas marre les créateurs de ses facilités. Sinon on joue le jeu à fond.
Superficialité : belle blonde à forte poitrine.
Personnage sombre mais protecteur : un noir fera l'affaire.
Un héros : un militaire
Un terroriste : un arabe.
Un fasciste : on sort le blond germanique à l'accent qui va bien.
...
Faites marcher votre imagination, bon sang !
@stop.memRecollection(true);


@initiate.memRecollection(true),
$print(conclusion.txt);
Une histoire très sympathique qui fait inévitablement penser à la série Real Humans. Mais l'auteur réussit la gageure de faire entrer dans une centaine de pages pas mal de réflexions que je vous laisse découvrir sans tout vous dévoiler.
@stop.memRecollection(true);


@initiate.memRecollection(true),
$print(quelquescitations.txt);

Je suis incapable de lire vos pensées, mais je peux imaginer. Ce que vous nommez « imagination », je l’appelle « évaluation des probabilités ».

Les robots ne sont libres que dans l’interstice des contraintes codées par les programmeurs. Vous avez une expression pour désigner cet interstice : « jouer sur les mots ». Mimer la fuite me console de ne pas pouvoir la mettre effectivement en œuvre.

Je ne suis pas garde-malade, ni gardien de prison. Je ne suis ni père, ni mère, ni frère, ni ami. Je suis une porte. Et quand les humains comprennent que les robots ne font que sublimer leur humanité, toute peur disparaît.

Les hommes n’ont pas transformé les robots pour qu’ils s’adaptent au monde : ils ont transformé le monde pour qu’il s’adapte aux robots. Ils l’ont rendu #robot-compliant.

@stop.memRecollection(true);

7 commentaires:

  1. Bien vue (écrite) la critique... ;-)
    Un livre coup de coeur pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Pas de coup de coeur pour ma part, mais un bon moment de lecture

      Supprimer
    2. Et le lien direct pour découvrir la critique de yogo :
      https://les-lectures-du-maki.blogspot.fr/2016/07/kappa16-neil-jomunsi.html

      Supprimer
  2. J'avais lu la critique du maki, et je voulais déjà le lire. Je suis heureuse que tu confirmes la qualité de ce roman. J'ai hâte de le découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le maki a déniché un beau texte à découvrir.

      Supprimer
    2. Merci à Neil Jomunsi et aux éditions Walrus !

      Supprimer

Fourni par Blogger.