lundi 22 mai 2017

Les terres de cristals - Le puits des mémoires, tome 3

Gabriel Katz, Pocket (Scrinéo), 2013, 432 p., 10€ epub sans DRM (en promo jusqu'au 5 juin : 5€)


Troisième et dernier tome de la trilogie Le puits des mémoires.
Un final époustouflant, magistral, épique pour nos trois amnésiques qui pourraient pousser en coeur ce cri :

Ni Dieu, ni Maître.


Présentation de l'éditeur : 


Au cœur de Woltan, là où les assassins et les traîtres règnent en maître, la mort rôde et attend son heure. Pour nos héros, la menace est palpable. Leur survie n’est plus qu’une question de temps. La lutte, leur seul salut. À mesure que la vérité se rapproche, le danger n’en devient que plus grand… inexorablement. Et le terrible secret dissimulé au cœur des Terres de Cristal pourrait bien tout changer.
Nos héros seront-ils prêts à affronter les terribles épreuves qui les attendent ?

Mon ressenti :

 

Après le final du tome 2 qui m'avait laissé pantois sur une révélation que je voyais venir depuis le début et qui clôturait le roman, nous allons enfin connaitre les conséquences de ce dévoilement.
Donc suite directe des aventures de nos trois comparses qui doivent réintégrer et porter le fardeau de leurs anciennes vies. Si certains trouvent leur confort rapidement, ce n'est guère le cas de tous.


Après un tome 2 à mon sens décevant, je retrouve le ton désinvolte de La traque. Nos compères se retrouvent, se charrient et nous communiquent le bonheur des retrouvailles. Sur cette apparente légèreté, l’auteur aurait pu nous la jouer caricatural, il n’en est rien, les nuances sont bien présentes. Pas de gentils vainqueurs ni de méchants vaincus, c’est, un peu, plus subtil.
Le ton de l'ensemble devient cependant plus sombre. Les affres de leurs anciennes vies les rattrapent, les complots, trahisons, tentatives d'assassinats venant assombrir le tout.
Gabriel Katz s'amuse toujours à jouer avec les codes du genre et prend parfois son lecteur à rebours, tel cette grande bataille épique sur les Terres de Cristals chantée par tous les ménestrels et bardes du Royaume. Un joli pied de nez !
Et que dire de cette fin. J'aurais préféré pour ma part que l'auteur joue le jeu jusqu'au bout, j'aimerai savoir qui de l'auteur ou de l'éditeur à mis de l'eau dans son vin ?

Ça se lit toujours très rapidement, sans prise de tête. certaines facilités scénaristiques ou évidences jalonnent le récit mais rien de rédhibitoire face au plaisir de ce divertissement. Une écriture très visuelle participe à l'immersion dans le récit.
En bref, j'ai adoré et dévoré ce dernier tome.

Avec cette trilogie, Gabriel Katz nous offre un divertissement jouant avec les codes de la fantasy, c'est drôle et prenant. En toile de fond, il nous livre sa réflexion sur l'identité, les conventions et la société et prône la liberté comme seul guide dans ses choix de vie.
Un, petit, souffle anarchisant !



mon avis mon avis

Quelques citations :

À Nowik comme dans le reste du royaume, le conseil des sages était maître des lois. Il se composait d’une poignée de vieillards vénérables, anciens conseillers, érudits ou stratèges, suffisamment estimés pour siéger – et suffisamment fortunés pour s’acheter la charge. On les réunissait deux ou trois fois par an, rarement plus. Des heures, des jours durant, ils épluchaient les archives et décryptaient les textes anciens, afin de mettre les lois au service de leurs maîtres…

La nécromancie était un art étrange : cristallisant toutes les haines, elle devenait tout à coup fréquentable lorsqu’on la mettait à son service.

Dans les contes, les méchants étaient toujours punis, mais la vie n’était pas un conte.

L’armée de Woltan déferla donc lentement mais sûrement, laissant derrière elle une longue ligne de bannières noires et blanches, comme un chien marque son territoire en pissant sur les arbres.

- Je n’ai pas voulu tout cela, plaida l’aveugle. J’ai obéi au seigneur Edkharen.
Olen eut un sourire.
- Comme tout le monde, vieil homme. Comme tout le monde.

10 commentaires:

  1. Qu'est ce qui te chiffonne dans la fin ? Le fait d'avoir une explication ?
    Si c'est ça, intellectuellement je comprends ce que tu veux dire et j'aurais respecté le choix de G. Katz de nous garder frustrés... Mais d'un point de vue perso, je suis bien contente d'avoir eu ce dernier chapitre ^^.

    Là je viens de finir le tome 1 d'Aeternia et vais commencer le tome 2 et je retrouve ce que tu dis à propos des facilités : quand j'y pense, les schémas (les personnages, leurs réactions et relations, etc) ne sont pas du tout révolutionnaires... mais l'écriture de l'auteur est foutrement efficace ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aurais préféré qu'il joue le jeu à fond. Mais je pense qu'il aurait frustré pas mal de monde. C'est de ma faute aussi, je n'avais qu'à fermer la liseuse.

      Si tu me dis qu Aeternia est auusi efficace, je pense que je le lirais. Et ceux qui révolutionnent les genres sont parfois chiants ! Je pense à Mieville dans certains de ses romans.

      Supprimer
    2. Je pense que -plus que la frustration- ce qui m'aurait embêtée c'est d'avoir l'impression que l'auteur n'a pas fait l'effort de trouver une explication cohérente : j'aurais probablement eu l'impression qu'il finissait brusquement pour ne pas avoir à chercher.
      (dans le genre lectrice pénible... ^^)

      Pour Aeternia, je te confirmerai ça, mais pour l'instant c'est du même tonneau que le Puits des mémoires (en encore plus efficace, j'ai l'impression).

      Supprimer
    3. Beaucoup de monde aime les fins fermées, mo cela dépend. Conclusion, il n'y a pas plus chiant qu'un lecteur...
      J'attends ton feu vert pour Aeternia.

      Supprimer
    4. Comme tu attendais mon avis, j'ai été o-bli-gée de lire super tard pour finir le tome 2.
      Et ma conclusion est : vu ce que tu as pensé du Puits des mémoires, je pense qu'Aeternia te plaira. C'est le même genre, en un peu plus sombre (le tome 2 surtout est plus dur, moins "léger" que le Puits).
      Il y a des rebondissements que tu verras peut-être venir (perso j'ai été surprise, mais comme je n'ai pas pris le temps de réfléchir, de chercher à creuser le mystère, c'est normal) ; mais l'écriture est aussi efficace, et j'ai retrouvé les touches d'humour, les persos assez attachants, etc.
      (Et il y a un petit chien tout mimi ♥) (En même temps, je m'attache facilement à ce genre de compagnon : j'adore le Bagage du Disque-Monde alors qu'il ne s'agit que d'une malle magique avec des tas de pieds)
      Par contre, comme pour le Puits, je pense qu'avoir le diptyque entier sous la main peut être sympa, pour éviter la frustration de fin de tome 1.

      Supprimer
    5. J'ai plus l'impression que la cause de ton coucher tardif soit plus à rechercher du côté de Gabriel Katz !
      Merci de ton retour, tu as finis de mon convaincre. L'auteur va réussir à me remettre le pied dans la fantasy.
      Concernant les compagmons à qutre pattes, je comprends pourquoi tu traines sur ce blog. Je ne connais pas le disque du monde, je n'accroche pas à l'humour de pratchett.

      Supprimer
  2. Je l'ai au programme (véritablement) en lecture commune fin juin.
    Je suis ravie de voir que les 3 compères sont réunis et nous offrent de belles scènes.
    J'aime bien de temps à autre un bouquin qui ne cherche pas à révolutionner tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tout lu d'une traite, mais je dissémine mes avis. Tu devrais prendre ton pied si tu n'as pas d'attentes particulières. Je te remercie encore de m'avoir fait découvrir cette trilogie. Comme tu dis, un bon divertissement qui se lit avec plaisir et humour.

      Concrètement , c'est suoi une lecture commune ? Vous lisez quelques chapitres par jour selon un planning ? Au début , je pensais que les lecteurs se partageaient le livre. Je suis trop con !

      Supprimer
  3. Une trilogie de qualité qui se lit avec plaisir c'est vrai...
    Katz ne révolutionne pas le genre, c'est sûr, mais c'est sacrément efficace et très divertissant ! Que demande le peuple ?

    RépondreSupprimer