Jihad

 

Jean Marc Ligny, L'atalante, 2017, 400 p., 10€ sans DRM

N'écoute pas les fous qui nous ont dit
Qu' la liberté est au bout du fusil
Ceux qui ont cru ces bêtises
Sont morts depuis longtemps
Les marchands d'armes ont tous de beaux enfants.

Depuis la nuit des temps c'est pour l'argent
Que l'on envoie mourir des pauvres gens
Les croyants, la patrie :
Prétextes et fariboles !
Combien de vies pour un puits de pétrole ?

Pierre Perret - La petite Kurde

Une anticipation politique engagée desservie par un thriller invraisemblable. Dommage

 

Présentation de l'éditeur :


Kabylie, début du XXIe siècle. Alors que la guerre civile fait rage, un village est attaqué, ses habitants massacrés. L’unique survivant apprend à Djamal Saadi que sa sœur a été violée et tuée par un mercenaire français nommé Max Tannart.
Infiltré dans une France déchirée entre les milices du Parti National au pouvoir et les ex-combattants de Daesh, Djamal connaîtra l’enfer, dans ce pays où la couleur de sa peau et son type ethnique suffisent à attiser la haine.
Djamal n’est pas un immigré comme les autres. Il ne vient pas chercher du travail ni combattre aux côtés de la résistance. Guerrier solitaire, il se fraye un chemin sanglant afin d’accomplir son jihad personnel, qui porte un autre nom : vengeance.


Mon ressenti :


Une anticipation engagée d'un futur proche, trop proche.
L'Afrique est en pleine guerre civile qui refuse de dire son nom. Dans ce bourbier, ce sont les simples citoyens sans histoire qui trinquent. Pris en tenailles entre des islamistes, des mercenaires et l'armée, les hommes ne contrôlent plus leur histoire. Djamal est parti travailler sur des puits de pétrole pour nourrir sa famille qui va être décimé. Il n'aura désormais qu'un but, se venger dans un jihad personnel qui va le conduire dans une France brune.
La France est sous la coupe d'un Parti National, n'avoir pas choisi la bonne couleur à sa naissance est source de nombreux problèmes. La sécurité est le maître mot de ces bas du front, ce qui n’empêche pas les attentats d'être quotidien. La milice surveille avec le bon droit dans ses bottes, les ratonnades comme loisirs.

Sur un sujet des plus casse gueule, Jean Marc Ligny réussit le tour de force d'éviter tout malentendu et renvoie dos à dos tous les extrémistes et intégristes d'ici, d'ailleurs ou d'autre part. Peu importe les valeurs défendues, la patrie, la religion, ces idéologies ont en commun de nier notre liberté. Le quotidien de ce futur est bien retranscrit, entre contrôle au faciès, violences gratuites, censures des médias à la solde de l'Etat. Sur cette partie médiatique, Jean Marc Ligny fait intervenir un couple de journalistes, tous deux contre le fascisme de cette France, mais dont l'un préfère ne pas faire de vagues tandis que l'autre aurait tendance à résister. L'occasion de voir les magouilles politico-médiatiques, les réécritures d'articles par des rédacteurs en chef, et la lâcheté des grands médias, ou du moins de ceux qui les dirigent.
De ce côté là, c'est une réussite totale.

Par contre, là où le bât blesse, c'est côté thriller : dès le début, j'ai su où tout cela aller nous mener. L'auteur remplit son intrigue de péripéties, de retournements de situations qui tombent toujours au moment opportun pour les personnages. C'est parfois à la limite du vraisemblable (Ah la soeur qui n'a jamais tenu d'arme et qui se transforme en Rambo pour les sortir d'une mauvaise passe !). Et une fois l'univers de cette France de demain connue, il ne reste que cette vengeance. L'ajout d'une hypothétique relation incestueuse entre le frère et la soeur n'était à mon sens pas nécessaire. Dommage car le message de l'auteur ne peut que me plaire, mais l'intrigue cousue de fil blanc, les personnages binaires ont rendu pénible ma lecture.
A lire pour l'anticipation juste et probablement prochaine...


Petite précision de l'auteur si vous désirez le lire :
"Ce roman est paru pour la première fois en 1998. Il a été soigneusement revu et mis à jour, compte tenu des événements postérieurs à cette époque."

Le roman a remporté le Prix Rosny Ainé en 1999

Quelques citations :

— C’est quoi, les X-Men?
— Un réseau de résistance.
— Résistance à quoi?
— À l’injustice, mère de tous les maux. Au fascisme, son sale bâtard.

— On sera rendus après-demain, déclare-t-il. T’as le temps de souffler un coup avant de débarquer sur le front.
— Le front?
— Ouais, mon pote. L’intégrisme, c’est pas que chez toi.

6 commentaires:

  1. Je vais éviter de me faire trop peur avec une anticipation si percutante et qui sonne si vraisemblable. Je ne suis guère optimiste pour l'avenir, je vais donc en rester là. Surtout que le côté thriller n'est pas mirobolant.
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean Marc Ligny n'est pas très optimiste sur l'humanité. Mais il voit juste. Dommage que l'intrigue soit bancale.

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais été attiré par ce livre. Et j'ai eu beaucoup de mal avec Aqua TM du même auteur. Je vais passer mon tour aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aqua TM ne m'avait pas emballé non plus. En outre, ces deux romans sont des révisions ré-écritures d'anciens textes. Pas une réussite.

      Je te conseille toutefois son Exode, excellent.
      https://lechiencritique.blogspot.fr/2016/05/exodes.html

      Supprimer
  3. Je dis oui ! Il est dans ma PAL depuis un moment, il faut que je trouve une fenêtre de lecture pour celui-ci. Ta critique nuancée me motive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content que tu veuilles te lancer malgré mon, gros, bémol. Jean Marc Ligny a des choses à dire sur la société, il le dit et c'est assez rare. C'est d'autant plus râlant que le reste ne suive pas toujours.

      Supprimer

Fourni par Blogger.