La fleur de Dieu


Jean Michel Ré, Albin Michel Imaginaire, 2019, 350 p., 10€ epub sans DRM





Si tu veux faire rigoler Dieu, raconte-lui tes projets.
Proverbe populaire


Mais pourquoi si court ?


Présentation de l'éditeur :


Victime du syndrome Actes Sud, à lire à vos risques et périls !

An 10996. Dans les déserts suspendus de la planète sacrée Sor'Ivanyia, un des dix-huit mille mondes de l'Empire, pousse la Fleur de Dieu. Ce remède à de nombreux maux est aussi un vecteur privilégié pour accéder au divin. Grâce à la Fleur de Dieu, l’Homme sait désormais ce qui advient de la mémoire après la mort. Alors qu’un impitoyable seigneur de la guerre fomente un coup d’état, la formule chimique de la Fleur de Dieu est dérobée par une organisation anarchiste paradoxalement très organisée. Au même moment, l’apparition sur Sor'Ivanyia d’un enfant aux pouvoirs extraordinaires bouleverse toutes les certitudes scientifiques et religieuses de l'Empire. Qui est cet enfant ? Est-il seulement humain ? Est-il ce Messie que certaines religions ont cessé d’attendre ?



Mon ressenti :


  • Première chose, mais d'importance, La fleur de Dieu est une trilogie, information visible si vous allez voir les prochaines parutions à la toute toute fin du roman, ou si vous savez bien fouiner sur le site internet de l'éditeur. Le tome 2 est  à paraître à l'automne et le tome 3 début 2020.
    Mea culpa : l'info est aussi mise sur la quatrième de couverture !
    Précision : sortie prévue du tome 2, le 30 octobre; le tome 3 devrait voir le jour en février 2020
  • Deuxième chose, Albin Michel Imaginaire a t-il été contaminé par le syndrome Actes Sud ? Le résumé est un parfaite synthèse de l'intrigue de ce tome 1.
  • Troisième chose, une fois les annexes enlevées, il reste un peu moins de 270 pages pour l'histoire.
  • Quatrième chose : "organisation anarchiste paradoxalement très organisée" nous dit la 4eme de couv' : l'anarchie, c'est l'ordre, moins le pouvoir !
Les affaires bassement matériels étant dites, les vaches à lait informées, le drapeau noir réhabilité, passons au plus important, le récit.

Alors, je n'aime pas Dieu, ni l'unique, ni les autres, je ne suis pas baba cool et je n'aime pas la soupe. Alors avec un titre pareil, j'avais un peu peur de ce que j'allais y trouver, d'autant avec ce résumé fleurant la fantasy. (Arrivé là, les plus intelligents et perspicaces d'entre vous se demandent sûrement pourquoi je l'ai acheté et vous auriez pleinement raison : ce roman m'a été offert gracieusement en service de presse.)
Et au final, j'ai lu un bon page turner, à l'univers dense parfaitement dosé, un mixte entre planet opera, space opéra, cyberpunk et real politik. Malgré le fait que tout soit dit dans le résumé, l'intrigue autour de cette Fleur de Dieu est assez bien amenée pour m'avoir pris dans ses filets, notamment grâce au premier chapitre qui voit un enfant escalader un arbre gigantesque à l'altérité profonde. Le roman nous amène au travers différents groupes, tous liés aux uns et aux autres, mais aux vues différentes : l'Empereur qui voit son règne vacillé sur sa base, les religieux plus adeptes de la manipulation que d'écoute de leur prochain, les scientifiques en qui ce monde futur permet l'impossible, les militaires qui rêvent de fomenter un coup d'Etat. Et au milieu de tout ce monde, des anarchistes qui sèment la pagaille et semblent les seuls à avoir une idéologie basée sur le Bien commun. Et surtout, il y a ce gosse, aux pouvoirs surhumains. Est-il le nouveau messie ? Un clone d'un nouveau genre ? Est-il un alien ? Le nouveau Gandhi ?
Les révélations, trahisons sont instillées avec parcimonie, amenant doucement le roman vers une intrigue plus retorse et plus complexe qu'elle n'était en apparence.

Les exergues de chaque chapitre sont un vrai plus, donnant un aperçu crédible de l'histoire de cet empire sur des milliers d'années, ou comment notre monde a créé ce futur. C'est surtout à travers ces extraits de livres, et le glossaire, que l'on décèle la vision complète de l'auteur sur cet empire lointain, très lointain... au goût un peu arabisant, oriental.
Et Dieu dans tout ça ? Et bien il ne m'a pas brisé les noix, ici, la religion est parfaitement intégrée à la société décrite et ce n'est pas une apologie, loin de là, l'auteur montrant le cynisme des conclaves, le dessous de la manipulation.

Mais reste un sentiment final de frustration : alors que tout commençait à prendre une bel ampleur, le mot fin arrive bien trop rapidement. Nous sommes clairement dans un tome introductif, l'amuse gueule qui vous ouvre l'appétit, juste avant d'apprendre que le cuistot vient de se couper malencontreusement la main. Fichtre !
Un goût de trop peu, vivement la suite.

Un Dramatis Personae, un glossaire de taille très conséquente finit l'ensemble.Les éditeurs étant souvent chiche en matière d'annexes, je ne vais pas cracher dans la soupe. Mais concernant l'édition électronique, je trouve qu'il aurait été opportun de faire un lien vers les renvoie plutôt que de nous signaler la présence d'une explication via une astérisque. Car cela devient vite barbant de faire des allers retours vers le glossaire constamment. De fait, au bout de quelques fois, je me suis contenté de ne plus les lire. Je pense au vue de la taille du récit qu'il aurait mieux fallu à l'auteur d'intégrer ces explications directement dans le récit, du moins pour les plus simples d'entre eux.


Premier roman de l'auteur, il se dévoile sur le site Albin Michel Imaginaire.
Il a même un côté Damasio je trouve :

Ce premier roman représente plusieurs choses pour moi : – une réflexion personnelle commencée il y a des années et encore en gestation aujourd’hui sur le sens de l’existence, la place de l’Homme dans ce monde, les utopies et autres façons d’appréhender la vie ; un aboutissement parce que les personnages de ce livre m’habitent depuis tant de temps qu’en les livrant à la lecture, j’espère parvenir enfin à donner de l’écho à leur voix ; – un partage de valeurs, celles qui me paraissent essentielles : la solidarité organique, le respect de la Vie, l’imagination au pouvoir, l’insurrection permanente, la nécessité de donner le meilleur de nous-même, l’injonction à résister à la simplification et à promouvoir la complexité, la création d’oasis, de lieux, de moments d’utopie et d’expérimentation pour miter de l’intérieur le tissus écrasant et aveuglant du système uniforme et marchand, l’éducation qui vise à rendre autonome l’être et donne à chacun, chacune les moyens de faire advenir son devenir…


Un tome court mais efficace, vivement la suite, sur le post-it SFFF
Critique réalisée dans le cadre d'un Service de presse



Mon avis


Challenge S4F3

Challenge Summer Star Wars



Quelques citations :



L’impossible n’est toujours qu’un possible remis à plus tard









27 commentaires:

  1. Je ne sais toujours pas trop quoi en penser, peut être qu'après le second tome, je pourrai mieux me décider :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que plussoyer, en l'état, difficile de savoir quelle tournure va prendre l'intrigue. Cela sort assez rapidement, tu seras vite fixé.

      Supprimer
  2. On croirait un blogueur qui essaye de faire un beau combo pour ses challenges estivaux : "Allez tiens, je me fais un petit syndrome Actes Sud sur la 4ème de couverture et j'ajoute un petit syndrome de la série cachée en même temps, bim !". Quelle déception.
    Sans moi pour le moment donc, on verra dans quelques années, selon la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ferait de beaux challenges ceci dit, plus qu'a te lancer dans son organisation.
      De toute manière, tu lis très peu de nouveauté, donc cela ne change pas trop. Pour l'instant, je suis très curieux et impatient de la suite. Frustration.

      Supprimer
    2. Diffamation : je suis en train de lire coup sur coup trois livres de 2017 et 2018. Je suis complètement à la page.
      En te souhaitant qu'AMI n'ajoute pas un #PointMoutons au challenge et que tu puisses éponger cette frustration rapidement. ^^

      Supprimer
    3. Et zut, j'avais oublié les moutons, j'ai peur désormais, surtout qu'il y a un côté Star Wars dans ce roman. Et tout le monde connait ce qui est arrivé à la trilogie originelle.

      Pour la diffamation, je suis sûr que tu as fait exprès d'aller à ta bibliothèque ce matin pour emprunter du "récent" après mon commentaire.
      Les heureux élus sont ?

      Supprimer
  3. Belle critique, et en plus tu m'as donné envie de me plonger dans ce premier tome.

    Une trilogie qu'a présentée Gilles Dumay en ces termes « une trilogie de spiritualité déguisée en space opera », ce qui m'avait un peu freiné, tout en étant un amusant rappel à ce qui, selon Serge Lehman, faisait de la Sf ce qu’elle est.
    Sauf que Lehman avait pour le coup, parlé de « métaphysique ».

    À voir donc, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Artemus Dada, si on considère que la métaphysique c'est la littérature des dieux à l'ouvrage ou du Dieu à l'ouvrage, "La Fleur de Dieu" pourrait rentrer dans cette catégorie (quelque part L'Enfant a des pouvoirs divins) ; pour le cycle au complet (oui, j'ai tout lu, je sais où ça va), il me semble qu'on navigue bien plus dans un cadre "spirituel" que "métaphysique". Expliquer pourquoi serait évidemment un immense spoiler.

      Supprimer
    2. @Artemus Dada : Merci. Pour ma part, dans ce tome 1, pas vu de spiritualité si ce n'est dans le personnage du moine. Pour la suite, je ne sais pas, je n'ai pas eu la chance de la lire, encore.

      Supprimer
  4. J’ai le même sentiment que toi sur plusieurs choses, notamment sur l’intégration dans le texte de précision qui se trouve dans le glossaire, découpage ?, le côté fluide de la lecture, l’aspect religieux pas autant marqué que pourrait le laisser croire la quatrième etc ... bonne critique en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gepe, je vois que nous sommes sur la même longueur d'onde. Logiquement, le tome 2 devrait mieux se passer de ce côté là, la mise en place étant faite.

      Supprimer
  5. Ton avis me redonne espoir, j'avais un peu peur du trop religieux !
    Et ca me donne envie de m'y plonger directement.

    Une petite question en aparté, est-il judicieux de lire le glossaire en préambule ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool que cela te donne envie de t'y plonger.
      Pour le glossaire, j'ai pour ma part lu les entrées à partir des renvoies dans le texte, puis j'ai arrêté de les lire et je les survolé à la fin.
      Mais c'est très personnel. Si tu as réussi à lire Anatem, ce dernier devrait passer facilement.

      Supprimer
  6. Le chien avait-il oublié ses lunettes :
    " Première chose, mais d'importance, La fleur de Dieu est une trilogie, information visible si vous allez voir les prochaines parutions à la toute toute fin du roman, ou si vous savez bien fouiner sur le site internet de l'éditeur. Le tome 2 est à paraître à l'automne et le tome 3 début 2020."
    C'est marqué sur la quatrième de couverture qu'il s'agit du premier tome d'une trilogie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zut, je vais devoir encore faire pénitence et me flageoler !
      (pour mon humble défense, la 4ème de couverture sur les epubs, ce n'est pas la chose la plus évidente à regarder)
      Mais je continue de penser qu'il serait bien de mettre cette info bien en évidence, mais AMI n'est pas le seul à oublier de mettre en avant cette information malheureusement. Dieu reconnaitra les siens.

      Supprimer
    2. « Mais voyons, c'était écrit sur le contrat que vous avez signé. Ce n'est pas de ma faute si vous n'avez pas pris une loupe pour lire les petites lignes taille 4 qui apparaissent en surbrillance à la lumière du soleil à son zénith. Les informations étaient disponibles, vous n'aviez qu'à faire un effort. »

      Supprimer
    3. "Mais je continue de penser qu'il serait bien de mettre cette info bien en évidence, mais AMI n'est pas le seul à oublier de mettre en avant cette information malheureusement. Dieu reconnaitra les siens."
      C'est présent dans toute la communication (livre, site officiel, facebook, argumentaire de vente, référencement pour les professionnels). Par contre, je ne voulais que ce soit en première de couverture car ça surcharge les maquettes. Donc pour le tome 2 en 4e de couv, il y aura :

      Les Portes Célestes
      La Fleur de dieu - tome 2

      Sinon, j'ai noté aussi tes remarques sur le découpage, mais nous n'avons rien découpé. L'auteur nous a proposé d'abord un roman, puis deux autres : il y a trois contrats, trois à-valoir, etc. Jamais je n'aurais publié "La Fleur de Dieu" en 1 seul volume de 900 pages le prix de vente théorique aurait été de 35 euros et jamais nous ne l'aurions vendu à qui que ce soit.
      Les romans ne sont pas si courts que ça, j'ai regardé précisément les calibrages. C'est juste que les autres romans sont globalement devenus trop gros. Quand j'étais ado tout faisait 200 à 250 pages (Jack Vance, Arthur C. Clarke). Et ça m'allait très bien.

      Supprimer
    4. Concernant le fait que ce soit une trilogie "cachée", sur la page du livre ou la page de l'auteur sur le site d'AMI ou sur le post épinglé sur FB, je ne remarque pas cette information. Je ne dis pas que l'info est inexistante, mais elle n'est pas mise en avant. Par contre, sur les sites de vente à distance ou sur Babelio, l'info est clairement visible.
      Quand à l'argument de la maquette, est-ce que 4 lettres et 1 chiffre changerait cruellement la donne ? Pourquoi l'info n'est pas sur la page de garde... Bref, j'y vois une volonté de ne pas afficher clairement le fait que ce soit une trilogie, comme bien d'autres éditeurs savent très bien le faire aussi. Je me doute bien que le lecteur regarde à deux fois avant d'acheter si il sait que c'est une trilogie.
      Je ne crois pas non plus avoir lu quelque part que le nom de la trilogie était Les Portes célestes avant que tu le mettes dans ton commentaire.

      Concernant le découpage, je ne connais pas le nombres de pages des autres tomes, et peut être que cela se justifie par rapport à la vision de l'auteur. Mais moi, j'ai vu ce point final comme un cheveu sur la soupe, alors que tout commençait à prendre de l'ampleur. Et si j'ai été frustré, c'est que je suis en manque, donc que l'auteur a réussit à me faire entrer pleienment dans son univers. Bref, je ne pourrais pas juger du découpage avant le point définitif.

      "Quand j'étais ado tout faisait 200 à 250 pages (Jack Vance, Arthur C. Clarke). Et ça m'allait très bien."
      C'est vous, les éditeurs, qui nous avaient habitués à toujours plus gros, maintenant on n'en veut pour notre argent !

      Mais tout ceci n'es finalement que des points de détails, cet avant goût est très prometteur, en espérant que le reste soit à la hauteur des attentes.

      Supprimer
  7. Ça pourrait m'intéresser mais je crois que je vais attendre que le cycle complet soit paru.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au vue de la fin de ce tome 1, c'est aussi ce que je t'aurais conseillé.

      Supprimer
  8. "Concernant le fait que ce soit une trilogie "cachée", sur la page du livre ou la page de l'auteur sur le site d'AMI ou sur le post épinglé sur FB, je ne remarque pas cette information."

    Pour le site c'est tout à fait vrai et tout à fait involontaire, nous n'avons pas mis à jour la fiche livre, tout simplement parce que je ne sais pas le faire. Il faut rentrer dans le code (ce n'est pas automatique, les éléments validés en interne doivent être mis à jour "à la main") et là hors de question que je touche à ça.
    Ca sera fait dans la journée.
    Merci de ta vigilance canine.
    Par contre sur le site AMI, l'info "trilogie" a toujours en access page, sur le carrousel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les consommateurs sont chiants, mais il faut les comprendre, quand ils achètent des lasagnes au boeuf, ils veulent du boeuf, pas du cheval !
      Et je me rends compte que le parallèle entre littérature - fût elle de l'imaginaire - et lasagne n'est peut être pas des plus adaptés.
      Merci pour les précisions, et les modifications.

      Supprimer
    2. Le blogueur lui aussi peut devenir chiant. Surtout quand il est lémurien et que le toutou ne répond pas à la question posée en commentaire... :-p

      Supprimer
    3. Bah oui... j'avais vu ! :-o

      Je viens de finir et j'ai vraiment apprécié le voyage.

      Supprimer

Fourni par Blogger.