Hicham Berrada - Paysages générés


Hicham Berrada, Musée du Louvre Lens, 2019


Algorithme + Chimie + Arts plastiques = Art alien ?


Au détour d'une ballade impromptue au musée du Louvre Lens, sous des tonnes de Culture, au fin fond de la Galerie du temps se cache un espace pour des expos temporaires. De loin, je lis le titre de l'expo et cela m'interpelle en tant que lecteur de SF : Paysages générés (j'avais lu dégénérés)
Je m'approche, et je me sens de suite en terre science fictionnelle, en compagnie de paysages qui ne dépareraient pas des mondes imaginaires que les auteurs de SF nous inventent.

Kéromancie

Hicham Berrada reprend la kéromancie, une pratique divinatoire où on interprète la forme que prend de la cire jetée dans de l'eau.
Ici, le procédé est plus scientifique et contrôlé, le résultat est moulé puis fondu à l'aide de différents métaux et mis en électrolyse. La forme évolue avec le temps et les ajouts d’éléments chimiques.

 




Selon l'angle d'observation, l'objet, l'écosystème change pour se transformer en faune ou en flore d'une exoplanète. Des transparences, des formes éthérées comme un champignon translucide qui absorbe, envahit peu à peu les objets. Cela parait vivant.  Une vidéo nous parle de sa démarche et de sa technique. Des œuvres qui évoluent avec le temps, composées à partir de réactions chimiques. L'artiste ne se la pète pas, s'explique simplement et reste humble. Pas trouvé trace de cette vidéo sur le net, mais je vous conseille d'aller visionner celle-ci produite par TV5 monde

Augures Mathématiques


A quelques mètres de là, posées par terre ou accrochées au mur, des excroissances organiques blanchâtres. Des squelettes de je ne sais quel race alien, des exo-coraux peut-être.
Pour Hicham Berrada, ce sont des sculptures issues "d'algorithmes de morphogénèse, des formules mathématiques qui permettent de calculer et donc de prédire le développement des formes de la nature". Il les intitule Augures Mathématiques.






La photographie immense qui s'empare de la paroi de verre est aussi issue de la combinaison d' algorithmes de nuages, de lichens et de racines.





Céleste


A un autre endroit, une fenêtre sur un paysage boisée et vallonnée d'où une fumée colorée explose et remplie l'espace. Fumée, mousse, explosion chimique, atmosphère d'une exoplanète, invasion alien, qui sait ?









Sortie de là, j'étais ravi d'avoir visité des contrées lointaines, à l'écosystème profondément étrange. Un mariage réussie entre science, art et imaginaire.
La Culture institutionnelle n'est franchement pas ma tasse de thé, mais il y a toujours l’exception à la règle.
Je vous joins la petite brochure explicative du Louvre Lens. Hicham Berrada - Paysages générés

Etant très réactif, l'expo, gratuite, est malheureusement terminée depuis le 01 septembre, mais nul doute que d'autres musées accueilleront les oeuvres d'Hicham Berrada.



2019 Hicham Berrada, portrait
photographie © Courtesy Pinault Collection. Photo Maxime Tétard, Studio Les Graphiquants.





6 commentaires:

  1. Ah! cela fait vraiment exobiologie comme expo. Je te confirme que j'y vois également de l'art alien! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc nous sommes d'accords, ce qui signifie qu'ils sont parmi nous !

      Supprimer
  2. J'ai du mal à dire autre chose que "nani ?" - j'aurais bien dit "what the f*** ?", mais restons poli. C'est étonnant. Est-ce que cela veut dire que nous sommes nos propres aliens ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là, vaste question.
      Je suis quelqu'un de binaire, je n'ai pas réfléchi à la signification que voulait donner l'artiste. J'ai trouvé cela beau et cela m'a suffit.
      Mais maintenant, tu as éveillé ma curiosité, je te laisse donc chercher et me faire un retour synthétique ;p

      Supprimer
  3. De l'art alien ou des aliens tout court. Certaines pièces font vraiment "organisme", comme tu le dis. Merci pour la visite. :D

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.