mercredi 11 mai 2016

Cookie monster

Vernor Vinge, Le Bélial, 2016, 72 p., 4€ epub sans DRM


Dixie Mae vient d'être embauché chez Lotsa Tech, un géant de la Silicon Valley. Tout parait être dans le meilleur des mondes, mais son collègue de bureau reçoit un email qui contient des informations que seule Dixie connait. Nous la suivons pour découvrir qui se cache derrière cet email.

Ce court roman a obtenu le prix Hugo en 2004. Vernor Vinge étant un habitué des romans épais, je voulais découvrir une nouvelle facette de l'auteur en lisant un format court.
Le virtuel est un des sujets phares traité par la science-fiction depuis quelques années.


L'approche de l'auteur est plaisante, son style agréable, mais je n'ai pas ressenti le vertige que j'attendais.
J'ai trouvé la psychologie de Dixie Mae trop simple, sa pugnacité s'expliquant pour les besoins de l'intrigue. La trame narrative est assez simple et m'a fait penser à un roman du Club des cinq. Les personnages ne semblent pas plus éberlués par les découvertes qu'ils font.

Par contre, j'ai aimé la fin du livre ouverte qui permet d'accentuer l'abîme de la révélation.
Ces défauts sont peut-être en partie liés à la construction du récit et à sa date de publication (2003).
Sur la même thématique, mais avec une approche différente, j'avais préféré la nouvelle Nuits cristallines de Greg Egan ou encore l'épisode Descente au paradis de la série Doctor Who.

C'est un roman du genre Hard SF, donc certains éléments technologiques peuvent rebuter le non-adepte, même si cela n'empêche pas sa compréhension.

J'ai lu ce livre dans sa version électronique à 3.99 euros, prix que j'ai trouvé juste. A 8.99 pour sa version papier, j'aurais trouvé cela trop cher, le roman faisant une centaine de pages. J'aurais aimé retrouver dans cette collection une petite approche concernant le contexte de création, voir une bibliographie sélective autour de cette thématique.

Difficile d'être critique sans en révéler l'intrigue et le plaisir de sa découverte. Vous êtes seul juge.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire