mercredi 11 mai 2016

La 25e heure

Feldrik Rivat, Les éditions de l'Homme sans nom, 2015, 12€ epub sans DRM


Décembre 1888. Alors que le bon peuple de Paris s’interroge sur cette tour que l’impérieux Gustave Eiffel fait éditfier à grands frais, d’étranges rumeurs circulent dans les faubourgs de la capitale : les morts parlent !

Interpellé par la presse à ce sujet, le préfet de police M. Henry Lozé tourne en ridicule « les plaisanteries de quelques coquins ». Ainsi parle-t-il devant le beau monde, sous les feux électriques du parvis de l’Opéra Garnier. Mais, depuis l’ombre de ses cabinets, l’homme lance sur cette affaire les plus fins limiers de la République.

Pendant ce temps, l’Académie des sciences en appelle à ses éminents savants pour que la pensée rationnelle, une fois pour toutes, triomphe des ténèbres de l’obscurantisme.

L'action se déroule à Paris en 1888, la Tour Eiffel s'érige pour la future exposition universelle de 1889.
Dans les bas-fonds, une rumeur grandit : les morts disparaissent de leurs tombes.
Deux policiers sont mis sur l'enquête : Eudes Anatole-Faust Lacassagne, inspecteur taiseux à l'intelligence en éveil, aux méthodes peu orthodoxes souffrant d'une étrange maladie; et Louis Bertillon, jeune recrue candide et pipelette.
Ce duo improbable va donc devoir démêler les tenants et aboutissants de cette folle rumeur.

Ce duo français est clairement un clin d'oeil au Sherlock Holmes britannique. L'ambiance y fait penser aussi. L'époque et la capitale sont bien restituées, même si je ne suis pas un spécialiste de la question.
Nous croisons tout au long de l'enquête des célèbres personnages de l'époque : le professeur Charcot, fondateur de la neurologie moderne ; Alphonse Bertillon, père de l'anthropométrie scientifique ; Georges Méliès, prestidigitateur…
Grâce à une multitude de détails, des thématiques propres à cet époque, le langage, le lecteur est plongé corps et âmes dans la capitale française en cette fin de 19ème siècle.

Ce roman historico policier fantastique est rondement mené, pas de temps mort et les pages se tournent de plus en plus vite afin d'arriver à sa conclusion.
C'est ici que le bât blesse : nous sommes face à une série et le livre se termine sur des rebondissements de l'enquête… Même si la couverture indique qu'il s'agit du premier épisode, nous restons sur notre faim. Peut être l'auteur a voulu faire un hommage aux feuilletons du 19ème siècle ? Mais ici, il faudra patienter quelques mois pour avoir la suite (si le livre s'est bien vendu)

Petit bémol supplémentaire, des indices parfois mal dissimulés dans le texte, des répétitions sur les tics des personnages, qui permettent de mieux les cerner, mais qui à mon sens alourdissent un peu la lecture au bout de la vingtième fois.

Cependant, malgré ces petites erreurs de jeune auteur, ce roman est d'une lecture distrayante et aussi intelligente : le lecteur y apprendra sûrement quelques anecdotes, voire plus, sur cette époque.
Un deuxième épisode devrait paraitre en septembre 2016 (selon l'indication du livre).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire