Le voyageur imprudent

René Barjavel, Folio, 252 p., epub disponible avec DRM




Noël Essaillon (physicien-chimiste), s'appuyant sur les travaux et la collaboration d'un jeune mathématicien (Pierre Saint-Menoux), invente une substance (la noëlite 3) permettant de voyager dans le temps. D'abord développée sous formes de gélules à ingérer, il en enduit ensuite un scaphandre beaucoup mieux étudié pour les voyages dans le temps. Saint-Menoux explore tout d'abord le futur proche puis, s'enhardissant, un futur très lointain où il découvre une humanité ayant évolué vers la spécialisation exclusive des tâches. Mais les voyages dans le temps ne sont pas dénués de danger, et Saint-Menoux devra apprendre à ses dépens que toute action possède des conséquences.





Un des premiers romans français sur le voyage dans le temps et ses possibles paradoxes.
Le passage du temps a-t-il eu un effet négatif sur la perception du livre écrit dans les années 1940 ?

Autre époque, autres moeurs : le regard de l'auteur posé sur la femme fera grimacer plus d'un(e) lecteur(rice) ; un style très descriptif et une psychologie des personnages primaire ; un futur empreint de naïveté.

René Barjavel prône des valeurs conservatrices, est contre la science, étrange pour un livre de science fiction !
La troisième partie sur les paradoxes temporels fera sourire les adeptes de voyage dans le temps.

Ce n'est pas un roman raté, mais daté.
A lire par intérêt historique.

Ouvrage paru initialement en feuilleton dans Je suis partout, journal devenu collaborationniste à partir de 1941, il peut se lire de manière ambigüe…


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.