mercredi 28 décembre 2016

Autour de la lune

Jules Verne, Hetzel, 1869, 254 p., domaine public

 


Il s'agit de la suite directe du roman De la terre à la lune qui nous laissa stupéfait sur la tournure des évènements : nos trois comparses dans leur vaisseau deviennent le satellite du satellite de la terre. Telle est pris qui croyait prendre.

Présentation :

Ils sont partis pour la plus folle aventure qui soit ! Projetés dans l'espace, trois hommes courageux et intrépides, Barbicane, le solennel président du Gun Club, l'impétueux capitaine Nicholl et un Français, Michel Ardan, sont en route vers la lune... Dans leur wagon de métal luxueusement aménagé et pourvu des derniers équipements scientifiques, ces hardis explorateurs de l'espace se trouvent confrontés à d'extraordinaires phénomènes et à une suite d'événements particulièrement spectaculaires...

Mon ressenti : 

On ne va pas se mentir, on tourne un peu en rond.
L’aventure commence pourtant bien avec nos bouletnautes. On vit de l'intérieur les événements, l'humour est présent. Et puis ça se gâte, Jules nous refait son professeur. Et voici la montagne Blabla qui mesure tant et s'étend jusque je m'en fous. La description de la première montagne me gonflait déjà pas mal, je vous laisse imaginer mon état quand Prof Jules passa en revue tous les reliefs, et les mers, et les... Ras la casquette. Lecture en diagonale, changement de pages, de chapitres, Fin du livre. Ouf
Deux semaines après ma lecture, il ne m'en reste rien, sauf peut être un goût de grand guignol : on ouvre tranquillement le hublot du vaisseau pour jeter ses déchets

Mon conseil si vous avez lu De la terre à la lune, lisez les premiers chapitres pour connaitre leur périple, et basta !
Et pour les collégiens qui doivent faire une fiche de lecture du roman " De la terre à la lune", vous la trouverez toute faite dans le chapitre préliminaire de ce texte.

Citation : 

Mais au moins, dit Michel Ardan, aurions-nous pu emmener un âne, rien qu’un petit âne, cette courageuse et patiente bête qu’aimait à monter le vieux Silène ! Je les aime, ces pauvres ânes ! Ce sont bien les animaux les moins favorisés de la création. Non seulement on les frappe pendant leur vie, mais on les frappe aussi après leur mort !

4 commentaires:

  1. sur une orbite géostationnaire, tu as tourné en rond, dirons-nous.
    Bon, je ne sais que penser, tu n'as pas aimé le premier tome, mais tu persistes... quelle abnégation! Je ne l'ai lu et je ne suis pas du tout tentée.
    De la Terre à la Lune j'en garde un bon souvenir, mais vraiment rien de transcendant. Mais, je n'avais vraiment pas envie de poursuivre surtout qu'il y a de bien meilleurs romans de Verne. Et Prof Jules s'y pointe moins souvent en sus!

    Bon retour sur Terre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n’est pas de l’abnégation, juste un vilain défaut : la curiosité. Nos trois personnages perdus dans l’immensité de l’espace, il fallait que je sache.
      Et à ce prix, on se laisse vite tenter.
      Un (bon) roman de Verne à conseiller ?

      Supprimer
    2. Tu as les grands classiques :
      - le tour du monde en 80 jours (il y a quelques longueurs)
      - 20 000 lieux sous les mers (mon préféré)
      - L'Ile mystérieuse (Un peu de Prof, mais à lire après 20 000 lieux)

      Voyage au centre de la Terre, Prof Jules s'y pointe plus souvent, et cela pourrait être agaçant.

      Mais peut-être devrais-tu passer à quelque chose d'un peu plus moderne ?

      Supprimer
    3. C'est pour les jours où je suis en panne d'envie précise, je laisse prof Jules avec ses élèves pour quelques temps.

      Supprimer