Iron Sky



Timo Vuorensola, 2012, 1h30


Vous en avez marre des films à gros budget au scénario interchangeable ? Iron Sky dynamite les codes du genre pour 1h30 de plaisir régressif. 
Le mot d'ordre du film pourrait se résumer en une paraphrase : 

On ne naît pas nazi, on le devient.

Synopsis :

Depuis 70 ans, ils nous observent. Dans l’ombre de la face cachée de la lune, les Nazis se préparent à l’attaque finale. En 2018, le mal absolu renaît... cette fois-ci, la guerre contre l’envahisseur sera totale.


Mon ressenti :


Un film que j'avais zappé lors de sa sortie, et ce n'est que ma lecture du roman Le Reich de la lune qui me l'a fait découvrir.
De nos jour, une nouvelle expédition lunaire est lancée vers sa face cachée. Deux astronautes américains font leur premier pas. Une désagréable surprise va les attendre. Pas de rencontre du troisième type, mais rencontre avec la Race supérieure, le Nazi ! Cette scène donne le ton du film.
Oubliez les superproductions, ici le budget minimaliste est de mise, les astronautes sont ridicules dans leurs combinaisons mais tout cela est pleinement assumé, le réalisateur en tire parti et l'image est belle. Malgré le budget famélique, quelques effets spéciaux sont particulièrement réussis : la flotte nazi ou le vaisseau assez steampunk. Et lorsque l'on a pas de fric, on compense avec de l'humour et des idées. Et de ce côté, le pari est réussi.



Sans verser dans le loufoque ou le burlesque outrancier, on est plus dans un divertissement avec un peu de réflexion derrière. Une satire de nos sociétés, Etats-Unis en tête, avec leur mode des communicants : on ne gagne pas une élection avec un programme mais avec un scénario "poudre aux yeux". Les séquences sur le Conseil de sécurité de l'ONU sont de pures parties de plaisir. Et l'air de rien, le film compare les américains aux nazis, loin des clichés des films où les USA sont toujours les gentils. Les femmes ne font pas non plus de la figuration, elles sont les personnages importants du film sans verser dans le féminisme à tout va et en se permettant même des atours sexy.


J'ai adoré l'affiche "Black to the moon" ou cette réplique quand nos protagonistes découvrent le vaisseau nazi : "ce type doit avoir le plus petit pénis de la galaxie". Ou dans le rôle du savant fou nazi, une caricature d'un célèbre scientifique allemand. Plein de bonnes idées et de bons mots, la satire fonctionne à plein régime. Si vous êtes fan de John Scalzi, ce film a tout pour vous séduire.


Sur un scénario improbable, lorgnant vers la série B sans y succomber, le spectateur est vite happé par l'histoire. Doublé d'une critique de nos sociétés capitalistes, où l'image est reine, ou pour le dire autrement : comment vous faire croire que vous êtes l'homme supérieur, un divertissement parfait pour vos zygomatiques ET vos neurones.

Une des scénariste, la romancière Johanna Sinisalo en a tiré une novélisation : Le Reich de la lune qui garde la trame générale mais comble certaines zones d'ombre du scénario, le roman se finissant là où les évènements de Iron sky 2 débuteront. Un film à la sortie sans cesse repoussé, désormais 2019 et dont un teaser pour le 3 vient juste de paraitre.


Artemus Dada l'a vu et son avis est sans appel : Un film qui mérite donc largement le détour !


Mon avis





Challenge SSW EP8




11 commentaires:

  1. Est-ce que ça donne pas trop de légitimité aux nazis ? Vu notre époque où l'oubli est de mise, j'ai légèrement peur de ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'a même pas effleuré l'esprit.
      C'est plutôt une critique des américains (et de ses pays amis) qui prônent la liberté, tout en ayant des méthodes très peu démocratiques, comme certains pays en des temps pas si éloignés. Il brocarde aussi les dirigeants.
      Il y a même une scène cocasse avec de vrais nazillons de notre temps qui ne vas pas dans le sens de la légitimité, bien au contraire.
      Il y a eu un débat en Allemagne à ce sujet lors de la sortie.

      Le réalisateur et les scénaristes ont déminé le terrain de bien belle manière.
      Et puis, en cas de doute, j'en aurais parlé dans mon billet.

      Supprimer
    2. Pas du tout! Les nazis sont suffisamment mal traité

      Supprimer
    3. Je ne crois pas que j'aurais dit d'un film qu'il valait le détour, si j'y avais vu une légitimation du régime nazi.
      Pas plus que je n'ai de problème de mémoire.

      Je veux bien croire qu'on ait des réticences à voir un film qui les met en scènes (je me suis posé la question avant de le voir), mais je crois aussi qu'on peut prendre le temps de lire la critique qu'on veut commenter.

      Ensuite, poser la question de la légitimité, revient à faire de ceux qui l'ont vu (et qui en disent du bien) au mieux, des idiots, aux pires des nazillons.

      Pas très fair-play, pour dire le moins.

      Supprimer
    4. @LCC (et Lutin) : Je me doute bien que tu en aurais parlé s'il y avait eu quelque chose à en dire, mais je préférais poser la question et m'en assurer. Vous me rassurez donc. ^^

      @Artemus Dada : Et cesser de voir le mal partout, c'est une possibilité ou non ?
      Oh, pardon, je viens de poser une question, je vais me faire taper sur les doigts. =D

      Supprimer
    5. @Artemus Dada : je pense que la question de Baroona était légitime Et sans arrière pensée. Il fréquente assez nos blogs pour connaitre les grandes lignes de nos opinions.

      Supprimer
  2. Exactement ce que je pense de ce film. Presque série B, et parfait pour les zygos et les neurones

    RépondreSupprimer
  3. Depuis le temps qu'il faut que je le voie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A peine 6 ans !
      Je pense qu'il devrait rejoindre le haut de ta pile à voir. Sans super héros, il y a tout de même quelques points communs

      Supprimer
  4. Il traîne quelque part chez moi, faudrait que je regarde un jour quand même... (et encore c'est pas le film qui attend depuis le plus longtemps xD)

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.