Les hommes dénaturés

Nancy Kress, ActuSF, 2018 (parution originale 1998), 336 p., 9€ epub sans DRM


J'hésite entre Bof et Mouais. Dispensable dans tous les cas !

 

Présentation de l'éditeur :


2030. La fertilité a chuté dangereusement. La vieillesse est devenue la norme, et les jeunes de précieuses ressources nationales. Dans ce nouveau contexte mondial, la descendance devient une obsession.
Shana, orpheline, voit ses rêves d’intégrer l’armée voler en éclats lorsqu’elle entrevoit ce qu’elle n’aurait pas dû. Lancée dans une quête acharnée pour retrouver sa place, elle croise la route de Cameron, danseur de ballet qui n’a eu d’autre alternative que d’effacer délibérément sa mémoire. Ils trouveront secours auprès du scientifique Nick Clementi, qui craint d’avoir mis le doigt sur une grande conspiration. Commence alors pour chacun d’entre eux un combat pour rétablir la vérité.
Jusqu’où est-on prêt à aller lorsque les enfants manquent à l’humanité ?

Mon ressenti :


Attention, il s'agit ici d'une réédition d'un texte paru en version originale en 1998, en français en 2001. Comme à son habitude, ActuSF n'indique pas sur son site cette information, se contentant juste de mettre la date de parution chez eux !!! Pratique trompeuse et douteuse.

Un scientifique droit dans ses bottes, une aspirante bidasse exaspérante, et un danseur classique gay. Voilà pour les personnages de cette histoire. La pollution environnementale renvoie le bâton à l'humanité, les gosses ne naissent plus. Les spermatozoïdes désertent la demande fertile, les rares grossesses débouchent majoritairement sur des malformations ou des handicaps mentaux. Le monde vieillit. Mais le désir d'enfant est lui toujours présent. Comment faire pour combler ce désir?

En 1998, ce texte avait sa raison d'être, informer. 20 ans plus tard, le constat est réussi mais n'apporte rien de plus à ce que nous ne savons déjà. Le contexte social est cependant bien réalisé, entre le coût engendré par la dépendance sur les épaules de la jeune génération, le fossé entre riches et pauvres pour avoir un enfant, et plus cynique, mais tout aussi juste, les services sociaux à la solde de la classe supérieure et dirigeante. Les politicards sont égales à eux même, conservatisme dans les discours, mais libéraux dans leurs actes. Nous sommes aux États Unis, il ne faudrait pas frustrer son électorat.

Cependant, dans le débat autour du genre de la langue française, certains pourront y trouver leur compte : car il y a du soldate et du lieutenante ! Et oui, en 1998 déjà, on féminisait les grades.

Une fois le cadre posé, sans lourdeurs, reste un thriller qui prend le pas sur l'anticipation, les deus ex machina sont trop présents, les personnages archétypaux.
Ça se lit tout seul, cela fait réfléchir - un peu - mais rien de bien marquant.


Le chroniqueur, le bibliocosme, baroona, l'ombre, Vert et le troll sont plus enchantés de leur lecture.
Gromovar, qui a du goût, est beaucoup plus mesuré.


Récapitulatif

20 commentaires:

  1. " Ça se lit tout seul, cela fait réfléchir - un peu - mais rien de bien marquant."
    Rien de plus, c'est tout à fait ça. Et tellement peu marquant que je n'en ai aucun souvenir - comme d'à peu près tous les livres de Nancy Kress que j'ai lu d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux semaines après lecture, il ne m'en reste déjà pas beaucoup en tête.
      Il me reste le recueil de nouvelles au Bélial à lire (le lirais je ?). J'avais bien aimé le Nexus pour son ambiance et ses persos, beaucoup moins par le côté SF. Le reste que j'ai lu d'elle est oubliée aussi.

      Supprimer
  2. Roman avant gardiste que j'ai plutôt bien aimé dans l’ensemble, avec les mêmes réserves que toi. Chronique à venir, d'ici peu... ou pas ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semblait bien que tu étais aussi en cours de lecture de ce livre.
      Si tu es trop las de le chroniquer, tu peux faire un copier coller, même sans mettre la source.

      Supprimer
    2. Je vais y réfléchir... Merci !

      Supprimer
  3. J'ai lu "L'une rêve l'autre pas" qui était basé sur une bonne idée mais manquait d'ambition dans son exploitation. Je n'étais pas sûr de redonner sa chance à Nancy Kress, tu ne m'y incites pas, là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est encore bien pire sur ce texte à mon sens.
      Le pitch de sa dernière trilogie est tentant, mais pas sûr qu'elle soit traduite.

      Supprimer
  4. Nancy Kress a tendance à me laisser complètement froid.

    RépondreSupprimer
  5. J'avais été convaincue par L'une rêve et l'autre pas. Alors je lui laisserai peut-être une chance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai commencé par L'une rêve et l'autre pas... ces autres écrits m'ont tous paru fade en comparaison !

      Supprimer
    2. Je ne peux que plussoyer à ce que dis Yogo

      Supprimer
  6. Ah! dans la langue française on féminise les grades!!!! Pas aux USA,...
    Mais, c'est une hérésie et encore un truc fait par les gens qui ne connaissent pas. Bon, je ne vais pas faire un éniéme débat la dessus, c'est dommage que la logique n'ait pas de droit au profit d'une position dogmatique.

    Mais, je pense que tu es content, tu as eu ma réaction.

    Pour le texte, je crois que le soldate et lieutenante est rédhibitoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment très très anecdotique dans le texte, mais cela m'avait fait rire.
      J'ai déjà eu l'occasion de lire ce que tu disais sur les grades et cela est très logique. Mais d'un autre côté, la langue évolue. Le plus chiant à mon avis en ce moment, ce sont les prises de bec sans que les uns et les autres n'écoutent. Pas très constructif. Nous en rirons dans 20 ans.
      Sinon, est ce dans le texte original ou seulement en français ?

      Supprimer
  7. Bien aimé sur le coup, un peu oublié depuis... j'ai revendu mon poche sans regrets cette année. Ceci dit je reste impressionné par la justesse des thématiques qu'elle évoquait à l'époque, on nage en plein dans ces questions maintenant (bon par contre je crois me souvenir que son roman était truffé de cabines téléphoniques terriblement désuètes à l'heure actuelle xD).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce livre qui contient des cabines téléphoniques et des téléphones avec fil.
      La thématique est intéressante, novatrice pour l'époque, mais pas assez développé à mon goût

      Supprimer
  8. 1998 est so avant-gardiste.
    J'ai quand même envie de le lire, surtout pour ce qu'en dit Vert juste au-dessus. Je trouve ça très intéressant de lire dans l'après-coup des questionnements qui nous paraissent évidents de nos jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le lis pour la thématique, fais attention, ce roman est beaucoup plus orienté thriller.

      Supprimer
  9. La thématique est intéressante, mais à voir, les divers avis me mettent un peu en garde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux du léger, cela pourrait convenir. Dans le cas contraire, mieux vaut s'abstenir.

      Supprimer

Fourni par Blogger.