Célestopol


Emmanuel Chastellière, Libretto, 2019 (1ère parution 2017), 352 p., 7€ epub sans DRM



Célestopol se voulait un phare dans la nuit,
la démonstration grandiose et boursouflée
de la puissance de la volonté humaine,
de son intelligence, de ses passions,
y compris les plus inavouables.



Célestopol a la couleur du merveilleux-scientifique, le goût du merveilleux-scientifique… et c'est...  du merveilleux-scientifique !



Présentation de l'éditeur :


Célestopol, cité lunaire de l’empire de Russie, est la ville de toutes les magnificences et de toutes les démesures. Dominée par un duc lui-même extravagant, mégalomane et ambitieux, elle représente, face à une Terre en pleine décadence, le renouveau des arts et la pointe du progrès technologique. On y suit des habitants en quête d’émancipation, rebelles, insoumis – à l’image de la métropole –, qui portent en eux des colères intimes et des fêlures profondes.


Mon ressenti : 


Un livre que je voulais lire depuis longtemps mais après l'écoute d'une des nouvelles, Oderint dum metuant, via Coliopod, j'avais changé d'avis, le côté fantasy un peu trop marqué m'en avait détourné. Puis lors de sa réédition en poche, comme les retours étaient toujours aussi bons et qu il se trouvait sur Netgalley, j'ai sauté le pas : Un petit pas pour le chien, mais un grand pour les automates.

En lisant les premières pages, j'ai eu très rapidement le sentiment d'être devant un livre de merveilleux-scientifique, la science est présente, mais c'est surtout le merveilleux qui a la part belle, comme en témoigne le moyen de transport terre-lune via des traversier-obus, ou à travers des personnages assez typés - stéréotypés ? - et des aventures rocambolesques. Et puis il y a cette ville lunaire, la belle Célestopol, une ville sous globe.

A travers différentes nouvelles, tranches de vie, l'auteur nous fait découvrir ses bas fonds, ses bars interlopes, mais aussi ceux qui détiennent le pouvoir, dont ce fameux Nikolaï, l'empereur quasi sélénite qui tente de s'affranchir de la houlette russe. Pour l'aider, deux mercenaires, une femme et un homme mi ours, mi humain.

Il y a un côté critique sociale qui transparaît dans ce recueil, sur les relations riches pauvres, sur la montée de l'automatisation, qui remplacera à terme l'humain dans le travail ou encore à travers l'usage du corps des femmes pour assouvir les envies des hommes. La colonisation qui n'est présente que pour le pouvoir, la gloire et les ressources mais en aucun cas pour le savoir.

Pour autant, il m'a manqué une merveilleuse flamboyance à ces différentes nouvelles pour tout à fait me convaincre : la fin arrive souvent trop tôt pour offrir une chute qui surprend le lecteur, j'ai trouvé que les différents protagonistes manquaient d'épaisseurs pour être tout à fait crédible. Mais, quelques semaines après sa lecture, Célestopol garde son charme, et certains de ses mystères, mon imagination faisant le reste. Un livre dont on pousse un mouaih après sa lecture, mais qui continue d'irriguer l'esprit du lecteur. Qui éclipse qui ? That is the question.


Tout le monde l'a lu, seul Apophis, Baroona, Vert ou Yogo semblent faire de la résistance passive.


Critique réalisée dans le cadre d'un service de presse.

Citation :

À la lumière des réverbères brillant de mille feux, les tourbillons brumeux de sélénium s’illuminaient de teintes irisées. Gédéon n’avait toutefois que faire de ce spectacle. Il y avait beau temps qu’il ne l’impressionnait plus. Pas plus qu’il ne lui permettait d’oublier la triste réalité de la capitale de la colonie lunaire. Sous le canal, des milliers d’habitants parmi les plus pauvres vivaient constamment volets fermés pour ne pas finir aveugles à cause de la brume. Mais que représentait un tel sacrifice quand il permettait de préserver l’image de la cité aux yeux de la Terre ?


Challenge S4F3
Challenge Summer Star Wars

25 commentaires:

  1. "Tout le monde l'a lu, seul Apophis, Baroona, ou Yogo semblent faire de la résistance passive."

    Résistance !

    https://www.youtube.com/watch?v=3lzvETS5QJ4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais avant de cliquer que ça allait être cette chanson : https://youtu.be/6ODNxy3YOPU
      Mais le chant des partisans est très bien aussi.

      Supprimer
    2. C'est trop steampunk, si j'ai bien suivi. ;)

      Supprimer
  2. Bonjour !

    Pour moi, ce n'est pas du merveilleux scientifique, comme quoi ! ;)
    Comme quoi les ressentis peuvent être bien différents, y compris sur les personnages.
    Merci pour le retour en tout cas ! Je vois que Netgalley a fonctionné. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse.
      Après, le merveilleux-scientifique, c'est très bien, j'aime beaucoup.

      Supprimer
    2. Ah, je n'ai rien contre !
      C'est juste que je ne saurai où le classer moi-même. :)
      Et il faut que j'arrête de commenter à 7h du matin, parce que deux fois "Comme quoi" en trois lignes...

      Supprimer
    3. De la fantasy steampunk merveilleuse pour mettre tout le monde d'accord ?

      Supprimer
  3. Moi je l'ai pas lu :p
    Sinon c'est quoi Netgalley ?
    (ça c'était du commentaire pertinent)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rajoute donc à la liste !
      Netgalley est un site de service de presse en ligne. Après validation de ton inscription, tu peux choisir dans une liste de livres ce que tu veux lire. Après validation, tu peux télécharger l'ouvrage. C'est du numérique et c'est toi qui choisit ce que tu veux lire.

      Supprimer
    2. Ok merci, j'y penserais le jour où j'aurais plus de temps pour lire ^^

      Supprimer
  4. Je n'ai pas apprécié toutes les nouvelles de la même manière, mais globalement j'ai bien aimé le recueil et sa touche de poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai préféré les dernières du recueil pour ma part. Mais l'ensemble se tient bien, car il me reste des images de cette ville.

      Supprimer
  5. Résistance ? https://www.youtube.com/watch?v=axsHy0HJMAU
    Vraiment passive, parce que je l'ai dans un coin de l'esprit - encore plus avec cette couverture ! Et si c'est bien même quand on a des bémols, d'autant plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant que nous avons mis nos excellentes chansons de "résistance", cette sale bête de lémurien de Yogo a une sacrée pression pour sortir quelque chose d'aussi pertinent :D

      Supprimer
    2. @Apophis : le lémurien est encore en train de chercher un chant !
      @Baroona : Les retours sont majoritairement très positifs, et je pense que tu peux apprécier aussi

      Supprimer
  6. Je ne l'ai pas lu non plus :p Ma non-envie de nouvelles est encore bien là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais c'est bien les nouvelles pourtant ! ;)

      Supprimer
    2. Cela tire plus tout de même vers le fix-up que le recueil de nouvelles : les personnages reviennent au fil des textes et le fil conducteur reste la ville de Célestopol.

      Supprimer
  7. C'est un bon livre. J'en ai aimé le décor et je crois que j'en ai presque plus aimé encore les personnages.

    RépondreSupprimer
  8. Toujours pas lu non plus mais il me donne envie, malgré ses petites failles. Je crois que je suis trop sensible à la couverture de l'édition poche pour ne pas craquer :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture correspond très bien au ton du roman. J'espère que tu apprécieras mieux que moi

      Supprimer

Fourni par Blogger.