Au royaume des vivants

Emmanuel Quentin, Editions 1115, 2020, 140 p., 1,50 € epub sans DRM


Il y avait bien quelque chose de pourri au royaume des vivants
 
Certains auteurs, des petites bites, nous offrent à travers leur polar une enquête. Emmanuel Quentin, lui, n'est pas de ceux-là, car ce n'est pas une, ni deux, ni trois, mais 4 enquêtes qu'il te propose. Le tout dans une certaine de pages. De là à dire qu'il en a une grosse, voici un pas que je ne franchirai pas.
 

Présentation de l'éditeur : 


Dans un futur plus ou moins proche, pour aller d'Hanoï à Rio de Janeiro en quelques minutes à peine, il suffit d'emprunter le réseau mondial des téléporteurs. Simple, pratique, abordable. Désormais, tout le monde peut franchir les océans en traversant une porte. Tout le monde, sauf les personnes du groupe sanguin AB négatif, et ce bien qu'aucune science ne soit capable d'expliquer pourquoi. C'est ainsi. Dominique Serin, enquêteur privé de son état, ne peut pas se téléporter. Pourtant, ça lui serait fort utile pour résoudre ces cas de disparitions qui l'obsèdent depuis des années. Car là encore, la science a échoué à résoudre le mystère de ces disparitions. Vraiment, il se passe des choses étranges au royaume des vivants.

Mon ressenti :


Un privé hypocondriaque se voit offrir une enquête qu'il délègue à son assistant sarcastique. L'occasion pour lui de se replonger dans de vieilles affaires non résolues.
Je me suis demandé une bonne partie du récit où voulait m'emmenait l'auteur, et la réponse est : me mener en bateau. Mais avec talent, car une fois la révélation finale faite, on tente de se remémorer les moments où l'on s'est fait avoir, de repérer les indices disséminés çà et là.
C'est aussi rempli de clins d'oeil et de références à d'autres oeuvres et certaines thématiques chères à la science fiction.
Difficile d'en dire plus sans manquer de dévoiler le pot aux roses, et même si le principal de ce texte concerne une enquête, la SF a bien toute sa place.

Un bon moment de lecture, un voyage littéraire - littéralement aussi - dans les genres de l'imaginaire comme sait nous offrir l'éditeur à prix doux.
Cela fait quelques textes courts de l'auteur qui me plaisent, reste à me lancer dans ses romans.

Comme d'habitude, même son de cloche chez le maki


12 commentaires:

  1. « voici un pas que je ne franchirai pas.» ; j'en déduis donc que tu es une des petites b%£e dont tu parles !?
    AHAHAHAHA AHAHAHAH .....

    RépondreSupprimer
  2. Un chien qui n'a pas de flair et se fait avoir, où va-t-on ?
    Tentant, je l'ajoute à ma longue liste pour découvrir la collection un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu apprécieras grandement cette collection au vue de tes goûts.

      Supprimer
  3. Faut vraiment que je me plonge dans les écrits d'Emmanuel Quentin. Merci du rappel!

    RépondreSupprimer
  4. Il faut lire Emmanuel Quentin, c'est souvent très très bon !

    RépondreSupprimer
  5. Si je comprends bien la morale de l'histoire, ce n'est pas la taille qui compte. C'est ça ?

    RépondreSupprimer
  6. Je valide.Emmanuel Quentin c’est excellent .

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.