Le jour où l'humanité a niqué la fantasy

 

Karim Berrouka, ActuSF, 2021, 425 p., 10€ epub sans DRM



C’est la faute des punks. Saloperie de punks…




Marre de lire de la fantasy avec des fées et des lutins ?
Alors lit une fantasy avec des fées et des lutins !

Présentation de l'éditeur :

Au départ, il y a un lutin qui hurle « Vous avez niqué la fantasy ! » alors qu’il retient en otage plusieurs personnes dans une bibliothèque. Et puis il y a le coup d’un soir d’Olga qui se met à déconner et à foutre le feu à son appartement, avant d’aller brouter les pissenlits par la racine. Et il y a aussi les trois punks Jex,
Skrook et Pils qui doivent jouer au Festival du Gouffre tandis qu’il se passe de drôles de trucs dans la forêt d’à côté.

Mon ressenti :

Le suffixe punk n'est pas l'apanage de la seule science-fiction. La preuve, Karim Berrouka nous pond de la fantasy punk. Mais comme Karim est une saloperie de punk, alors cela est un peu trop simpliste pour lui, trop normé. Donc ce sera plutôt de la méta fantasy punk.
C'est quoi ce genre ? Justement, cela n'en est pas un, ce n'est pas le genre de la maison, c'est juste un condensé de ce roman inclassable : il y a du méta, ils y a de la fantasy, et il y a des punks, bref, de la

méta fantasy punk.

- Dites donc, vous êtes remontée contre la police.
- Mes parents étaient punks. Enfin, quand je suis née. Après mon père a mal tourné, il devenu hippie.

La recette est plutôt simple et les ingrédients sont 100% locaux et développement durable. Cela ressemble au quatre-quarts, mais au format trois tiers. Donc 3 punks, 3 doses de fantasy ( 1/3 fées, 1/3 lutins et 1/3 démon) et 3 métas (1 Platteau, 1 Cam et 1 Ebory). Tu mélanges le tout, tu enfournes dans la gueule du lecteur et tu as un
Le jour où l'humanité a niqué la fantasy.  

Mais ne te voilà pas plus avancé, un petit résumé pourrait aider ? Cependant, comme l'auteur préfère niquer les interviews en non-résumant son bouquin, ne compte pas sur moi pour le faire. Je pourrai limite te dire que nous sommes plus proche d'un
Terry Pratchett que d'un Tolkien. Ou sinon, d'un anti-Tolkien.

Nous ne sommes pas de la police. Nous travaillons pour des causes plus nobles qu’affermir le pouvoir de gouvernements rompus à la dévastation du pays qu’ils prétendent diriger en suçant jusqu’à la mort les gens qui ont eu l’idée saugrenue, mais elle était naïve et pleine d’espoir, de les porter au pouvoir.

Je peux te dire que dans cette recette, j'ai beaucoup aimé les punks, les méta, moins la fantasy. Mais un Karim Berrouka reste un
Karim Berrouka et c'est aussi pour cela qu'on l'aime : pour les vannes, pour les gros mots, pour les punks... Et surtout, pour le fait de nous pondre un titre avec niqué dedans.


Yuyine te donne ses conseils préventifs de lecture
La pipelette Zina apprécie les
répliques juteuses
L'Ours s'est régalé
 
 
Si tu veux toi aussi niquer la fantasy, c'est possible, il suffit de répondre à cette énigme :

Que fais-tu si tu vois la lumière ?

Ta réponse en commentaire et tu envoies en même temps ton adresse postale à lechiencritique@gmail.com
Si tu gagnes, je t'enverrai mon exemplaire papier et son bandeau rouge

Fin du concours mercredi 24 mars à 23h59mn59s


Avis réalisé dans le cadre d'une opération Masse Critique Babelio

20 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je n'ai pas reçu ton adresse par mail pour valider ta participation.

      Supprimer
  2. Quelle non-surprise que tu aies apprécié. Espèce de punk va.
    Je n'avais pas lu l'interview d'ActuSF, elle est excellente, je pense qu'on ne peut pas faire meilleure - et plus honnête - promo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage tout à fait le ressenti sur cette interview.

      Supprimer
  3. Me voilà pas plus avancé et en même temps je ne suis pas sûr de vouloir savoir.
    #teamSF

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûr que cela soit pour toi. Tu devrais plutôt tenter Le club des punks.

      Supprimer
  4. 100% locaux et développement durable, j'aime bien ^^

    RépondreSupprimer
  5. Notez que le début de l'histoire se passe dans la bibliothèque Léo Henry... Ca fait rêver.

    Sinon, je n'ai pas la réponse à ton énigme ("je change de trottoir", peut-être ?) mais ça m'a rappelé une blague de Coluche, celle du gus qui va dormir, avec une bande d'amis, chez un couple très riche. Le matin, le dialogue donne à peu près ça :

    - Dis-donc, mon vieux, la domotique dans ta maison, c'est quelque chose ! Je me réveille au milieu de la nuit avec une de ces envies de faire pipi, je vais au WC, et là, paf ! la lumière s'allume ! C'est super.

    - Alors comme ça, c'est toi, le salaud qui a pissé dans le frigo !

    (Oui, oui, je sais où est la sortie.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas ta meilleure blague, mais elle fait toujours son petit effet.
      Je note ta demi participation

      Supprimer
  6. Un 4 quarts à base de punks et d'irrévérence plutôt savoureux en effet. Imparfait mais sacrément diversissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait du bien des romans un peu foutraque, rigolo et anti normes

      Supprimer
  7. Ça a l'air de valoir son pesant de titre rigolo, si je puis dire.

    RépondreSupprimer
  8. À voir (ça a l'air à la fois délicieux et pas du tout ma came).
    Pas merci pour la comparaison au quatre-quarts, ça me donne envie d'aller en faire un xD

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,

    J'avais beaucoup aimé "Fées, weed & guillotines", truc complètement déjanté auquel j'aurais aimé une suite.
    Un peu moins "Le Club des punks contre l'apocalypse zombie" mais on passe quand même une bon moment.

    Je vais essayer celui-ci.

    Stéphane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi c'est l'inverse, mais l'auteur est un des rares à nous faire rire

      Supprimer

Fourni par Blogger.