Mon Inkpad 4


Après quelques années de service, ma liseuse Kobo Aura HD montrait des signes de fatigue. Après avoir regarder les choix qui s'offraient à moi, 3 liseuses se détachaient du lot par rapport à mes besoins (mon billet ici) : la Kobo Libra 2, la Vivlio Inkpad 4 et la Kindle Paperwhite. Bien que la moins chère, j'ai vite abandonné l'idée de cette dernière. Bien qu'il soit possible de mettre des epubs achetés hors Amazon, des epubs avec DRM des bibliothèques ou achetés, à chaque fois il faut faire des manipulations qui j'imagine changeront à chaque mise à jour.
La Kobo Libra 2 était le choix de la raison, je connais déjà l'interface qui est intuitive et il y a des mises à jour régulières. Je n'ai pas aimé cependant sa forme avec un des bords proéminent, même si après l'avoir vue en magasin, je m'attendais à pire. Et bien qu'elle accepte sans soucis les epubs avec ou sans DRM, il fallait pour bénéficier de petits gadgets à la lecture transformer les epubs en kepub ce qui se faisait facilement avec Calibre. C'est finalement son design qui m'a fait abandonner ce choix.
Et il y avait la Vivlio Inkpad 4, la plus grande et la plus chère. Malheureusement, malgré avoir fait trois grands magasins, je n'ai jamais réussi à la voir en vrai : les enseignes la vendaient, mais la liseuse de test était la Inkpad 3 !!! J'avais remarqué quelques problèmes de lenteur dessus et des commentaires sur internet parlaient de la fragilité de l'écran. Malgré tout, elle avait réussi son test haut la main sur le site d'Aldus, le must niveau lecture électronique avec des tests sans concession et il me semble sans connivence aucune. C'est ce blog qui m'avait fait choisir ma Kobo Aura HD et elle ne m'a pas déçu.

Petit tour d'horizon d'un test après seulement quelques minutes d'utilisation, donc forcément parcellaire, qui ressemble plus à des premières impressions.

Pour cette liseuse, j'ai dépensé 260 euros et 20€ pour la couverture. C'est un coût non négligeable mais je me situe plus au niveau des grands lecteurs, prix qui sera donc rentabilisé en moins de deux ans. Je voulais un grand écran, la vieillesse me guette, et celle ci a un écran de 7.8 pouces. Je lis essentiellement à la maison et au boulot (durant ma pause déjeuner) donc l'encombrement est le dernier de mes soucis.





Vous avez tous déjà ouvert une boîte contenant votre joujou et nous sommes tous déçus par rapport à la taille du jouet et le carton. Ici c'est la surprise : la liseuse est presque aussi grande que la boîte. Sous la liseuse, un mini guide de prise en main rapide (le guide complet est déjà dans la liseuse) ainsi qu'un câble USB C. Une bonne prise en main, pas trop lourde et l'écran bord à bord est du plus bel effet. Le dos est crénelé et les doigts ne glissent pas dessus, un grip impeccable pour une prise en main dans toutes les positions. Il faut avouer que l'ajout de la couverture rend ce dos un peu inutile, la couverture se retrouvant au dos en cours de lecture. 




Pour vous donner une idée de sa taille et de celle de son écran, je vous la mets à côté d'un UHL (un bon lecteur de SF connait la taille d'un UHL), un poche pris au hasard dans ma bibliothèque, et un grand format que tout lecteur de SFFF devrait avoir. Comme vous le constatez, la taille de l'écran se rapproche quasi du format poche.


La différence se joue surtout au niveau de l'épaisseur, même la novella n'arrive pas à la surpasser. En outre, pour celles et ceux qui n'ont jamais tenu une liseuse entre les mains, la différence se fait surtout dans son envergure. Un livre, il faut l'ouvrir et sa taille double. Plus il y a de pages, plus le nombre de mains doit augmenter... Pour un grand format il faut deux mains pour tenir le livre et une troisième pour tourner les pages. Avec la liseuse, une seule main suffit, la taille du livre n'est plus un problème.





La couverture va t'elle changé radicalement sa taille ? Le dos du packaging fourni le tutoriel afin de l'installer. Une nouveauté pour moi car ma Kobo avait une couverture globale, comme les housses de smartphone, protégeant l'avant et l'arrière. Il suffisait de la clipser dedans. Ici, il faut enlever une languette en plastique. Et je me suis senti de suite un peu gauche. En glissant mon ongle sous l'encoche, cela résiste, j'ai peur de casser la liseuse ou mon ongle. Je regarde si je trouve un tuto, sans succès. Je sors ma boîte à outils, me munit d'un tournevis plat et croise les doigts. Cela s'enlève, mais pas comme sur le dessin qui montrait une ouverture sur la gauche. Alors que c'est juste une bande de plastique clipsée des deux côtés. Une fois la peur de casser ma liseuse envolée, le clipsage de la couverture se fait sans soucis. L'épaisseur prend deux millimètres, mais rien de dramatique. Sa texture est tissée et pour vous donner une idée ressemble à une reliure en tissu. Elle existe en plusieurs couleurs. L'intérieur est en velours ou simili. C'est donc cette texture que vous toucherez lorsque vous lirez.

Fermée, elle est aimantée et protège bien l'écran sur tous les côtés. Repliée, elle comporte un petit aimant aussi pour la coller au dos de la liseuse, ce que ma vieille Kobo n'avait pas. Un petit plus appréciable.
Cela fait élégant, mon seul bémol serait au niveau de son nettoyage : comme je lis en mangeant au boulot, que j'adore les frites mayo et que je mange comme un porchiot... Je verrai à l'usage.



Côté poids, par rapport à ma Kobo (vous constatez que j'ai bien fais de lui mettre une couverture) elle est un peu plus légère malgré sa taille plus grande. Je vous laisse comparer par rapport à différents formats de livre. A ce niveau, je n'ai jamais ressenti de fatigue à tenir ma Kobo pendant de nombreuses heures. (Après je suis un homme, un dur, un tatoué !).


Les présentations physiques faites, place à sa configuration. Dès le bouton On appuyé, elle se montre réactive. Choix de la langue, configuration du Wifi, rien de compliquer pour Monsieur et Madame tout le monde. Seul hic, il faut se créer un compte Cultura. Je grince un peu des dents, j'ai choisi aussi cette liseuse pour son côté ouvert et je n'ai pas vu de bouton "ignorer cette étape" à ce niveau. Comme j'achète mes livres où je veux, ce compte ne me servira à rien. Côté positif, il ne faut qu'une adresse mail et un mot de passe pour se créer son compte, pas besoin de mettre son CV complet.


La configuration est terminée. Rapide, en moins de trois minutes, l'écran d'accueil est prêt.
Comme j'ai configuré le wifi, il me propose de télécharger les 6 romans gratuits offerts. Constat immédiat, pas de Robert Charles Wilson ! Je ne vous donne pas les titres, j'imagine qu'ils vont varier au fil du temps.

Maintenant, il va falloir lui mettre les livres dessus. Je pourrais la connecter directement à mon PC mais je préfère regarder le manuel déjà installé dessus. Plusieurs choix s'offre à moi pour mettre des livres :

  • Via la librairie partenaire
  • Via un cloud (je n'ai pas encore été voir les possibilités à ce niveau)
  • Via un PC. Cela fonctionne comme une clé USB. Clair et concis. Pour les livres protégés (Care ou DRqm adobe), tout est bien indiqué.

Je teste en mode clé USB, aucun soucis.
C'est tout pour aujourd'hui, je vais m'amuser un peu avec elle et je vous ferai un retour..

 


5 commentaires:

  1. bel achat que cette vivlio (la marque que je prendrai si je changeais de liseuse) la mienne une "tea" touch hd est de la même taille, mon intérêt pour ta liseuse sera pour les progrès réalisés en lecture (notes affichage etc....) et bonnes fêtes ...chien

    RépondreSupprimer
  2. Il fut un temps où on pouvait passer l'étape de connexion à la librairie sur les Vivlio (c'était quand ces liseuses étaient commercialisées sous la marque Tea) mais ça a disparu avec la mise à jour du logiciel. Ceci dit c'est à faire une fois et après elle ne redemande plus.
    Elle a l'air chouette cette liseuse, je te souhaite de belles lectures avec. Je pense que si je suis à amener à changer un jour j'opterais pour un plus grand format comme le tien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, il suffit de télécharger le logiciel originel de Pocketbook et de l'installer à la place de celui de Vivlio, très restrictif, lui. On retrouve toutes les possibilités, dont Dropbox, ou le fait de s'envoyer les livres par e-mail. Cqfd!

      Supprimer
  3. Je te souhaite de belles lectures numériques avec cette nouvelle liseuse. Un petit surnom pour elle ?

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.