Le roi en jaune

Robert William Chambers, Le livre de poche, 2007, 210 p., 9€ epub avec DRM


C'est un recueil de nouvelles ayant pour point commun le livre le roi en jaune, du moins certaines…

Le Restaurateur de réputations : Suite à une chute de cheval, Hildred Castaigne est soigné dans un hôpital psychiatrique. Quelques années plus tard, guéri et rendu à la vie civile, il ne cesse de se croire être le roi en jaune.
Nouvelle autour de la perception de la réalité qui, sans être mauvaise, aurait gagné à avoir une fin plus ouverte.
Le parallèle avec Lovecraft est ici le livre maudit le roi en jaune, rendant fou celui qui le lit.

Le Masque : Boris Yvrain, sculpteur, expérimente un mystérieux liquide capable de transformer les êtres vivants en statues de marbre.
Nouvelle autour de deux amis amoureux de la même femme et inversement sans grande originalité. J'avais l'impression que la référence au livre le roi en jaune y a été ajoutée afin de pouvoir l'intégrer au corpus sans apporter de réel intérêt.


Le Signe jaune : Jack Scott, artiste peintre, est obnubilé par un veilleur de nuit trainant devant chez lui. Son modèle lui raconte qu'elle a fait plusieurs rêves le voyant dans un cercueil dans un corbillard conduit par ce même veilleur.
Nouvelle qui sort un peu du lot par l'étrangeté de ce veilleur de nuit.
La cour du dragon : le narrateur, après avoir lu le roi en jaune, se réfugie dans une église. A partir de ce moment, un sinistre personnage le hante et le poursuit. Bonne nouvelle fantastique.

La demoiselle d'Ys : Un étranger se perd dans les marécages bretons. Aurait-il franchit la ligne l'amenant en d'autres lieu et temps. Nouvelle qui mélange le genre fantastique et sentimental.
Recueil écrit en 1895, il est difficile d'en juger l'originalité un siècle et demi plus tard. Il se lit sans déplaisir mais reste somme toute assez anecdotique. La traduction est moderne et se lit facilement.

Nous voilà arriver au premier tiers du livre. Et désormais, nous avons l'impression d'être floué : quasiment le reste de l'ouvrage sont des nouvelles sentimentales, à part une vingtaine de page comprenant une notice biographique, une nouvelle d'Ambrose Pierce et un court texte expliquant l'influence de ce livre sur la série True detective.
C'est assez surprenant, d'autant plus que la biographie du livre indique que Robert William Chambers a écrit d'autres nouvelles fantastiques dont certaines « rappellent les meilleurs moments du Roi en jaune ». Pourquoi dès lors ne pas avoir insérer ces dernières dans ce recueil, plutôt que des bluettes sans intérêts ?
Quant à l'influence que ce livre a exercée sur Lovecraft, cela me laisse perplexe. Mais des auteurs sont parfois influencés par d'autres oeuvres sans que ces dernières soient dans le même genre et style. La publicité autour de l'ouvrage mettant cette dernière en avant, il y a tromperie dans la marchandise.
Sur le côté de l'influence sur la série True detective, je ne peux me prononcer, ne connaissant pas celle-ci.
Pour moi, il s'agit de tromperie sur la marchandise et aurait préféré largement un recueil ne contenant que les nouvelles se rapportant au Roi en jaune.

Quand à ma notation, celle des nouvelles fantastiques aurait récolté trois.
Je n'en mettrai qu'une pour montrait mon désaccord avec le travail d'édition et de marketing trompeur.


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.