jeudi 22 septembre 2016

J-77. Dernier meurtre avant la fin du monde

Ben H. Winters, Super 8 éditions, 2016, 336 p., 13€ epub sans DRM

 

Deux mois avant qu'un gros caillou dérivant dans l'espace ne finisse sa course sur la planète Terre. La fin du monde. Enfin, par pour tous ! Surtout pour ceux habitant l'Asie et ses alentours. Pour les populations à l'autre bout du globe, les experts se contredisent encore sur leurs chances de survie. Mais tous s'accordent à dire que ce ne sera guère réjouissant.

Hank Palace n'est plus inspecteur, son étoile lui a été retiré. La babysitter qui le gardait durant ses jeunes années le recontacte afin qu'il se lance sur les traces de son mari envolé on ne sait où. N'ayant pas grand-chose à faire ces derniers temps, il décide de mener l'enquête.
Fidèle à lui-même, alors que le monde entier commence à s'écharper, Hank remue ciel et terre pour honorer sa promesse.

Au guidon de son 10 vitesses, les kilomètres parcourus sont l'occasion pour l'auteur de nous narrer comment le chaos petit à petit arrive : l'égoïsme des gens, les valeurs antiques dont ils se réclamaient volant en éclats; les sectes apocalyptiques ont désormais pignons sur rue; des margoulins profitent de la crédulité de certains en vue d'un hypothétique lendemain; Les politiques continuent leurs promesses cyniques : on va s'occuper des migrants climatiques. Croiront ceux qui les voudront !

Deuxième tome très introspectif, il n'apporte cependant rien de nouveau par rapport au premier volume Dernier meurtre avant la fin du monde bien rythmé.
Hank est le seul à s'intéresser à sa quête, les personnages qu'ils croisent s'en foutent, et moi lecteur aussi. La faute au déni ou à la distance entre Hank et le monde. Tout glisse sur lui.
Puis vient le temps des rebondissements plus improbables les uns que les autres. Des coïncidences par trop heureuses. La couleuvre est bien trop grosse à avaler. Et lorsque la résolution finale arrive, ça fait PLOUF.
Plus le petit air de déjà vu : dans le premier tome Hank devait retrouver le mari de sa soeur.

Des interrogations sociétales très actuelles et des touches d'humour permettant d'alléger la noirceur ambiante, n'arrivent malheureusement pas à dynamiser l'intrigue.
Ce deuxième tome peut se lire indépendamment. Je vous conseille pour ma part de lire le premier et de passer directement au volume final : Impact


La critique
La critique














Quelques citations :

 « Une ancienne étudiante d’ici, dis-je. Elle devait être en quatrième année l’an dernier, quand tout ce bazar s’est mis en place.
— Tout ce bazar ? » L’expression de Jordan se fait sérieuse. « Je vais te dire ce que c’est, ce bazar, Ducon. Ce bazar, c’est le point culminant de la civilisation. Compris ? C’est à ça que ça ressemble, la démocratie, la vraie, putain d’enfoiré de flic nazi ! »


Nous avons prêté serment, vous et moi. N’est-ce pas ? En entrant dans la police. Nous avons toujours l’obligation de faire ce qui est légal est juste. »Il secoue tristement la tête.
« Ces deux mots que vous venez de prononcer, l’ami. Ce sont deux choses différentes. »


À mesure que la circulation reviendra, dans les deux semaines qui viennent, vous allez commencer à ressentir un picotement persistant, puis vous aurez besoin de rééducation pour revenir à un fonctionnement normal. Puis, début octobre, un objet interstellaire massif entrera en collision avec la Terre et vous mourrez.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire