jeudi 1 juin 2017

La chronique des immortels, Tome 1 : Au bord du gouffre

Wolfgang Hohlbein, L'atalante, 2007 (parution originale : 1999), 288 p., 7€ epub sans DRM


Ou les aventures du candide en Transylvanie.
De la dark fantasy en mode light, très light.

Présentation de l'éditeur :


Quand Andrej Delãny revint à son village de Borsa, au cœur de la Transylvanie, ce fut pour y trouver l’unique survivant d’un massacre, un garçon de douze ans. Tous deux partent alors en quête des assassins : des moines de l’Inquisition ainsi que trois mystérieux « guerriers d’or ». La traque les mènera d’abord jusqu’au port de Constanta, sur la mer Noire, et vers la révélation du secret – de la malédiction ? – qui pèse sur le lignage des Delãny.

Mon ressenti :


Ayant gagné ce livre lors d'un concours du site Albedo univers imaginaire, je m'y suis plongé sans rien en connaitre.

Les premières pages ont failli me faire fermer le livre : Voici le portrait du personnage principal : un fils qu’il a dû abandonné à son corps défendant, une femme et son nouveau né qu’il vient d’enterrer, lui-même étant un enfant abandonné puis adopté mais élevé par un père absent. Parents adoptifs qui connaitront aussi le triste sort de l'assassinat. Et pour finir, il a été banni de son village après avoir été accusé (injustement ?) du pillage d'une église.
Car les faits étaient là : il avait dû enterrer de ses propres mains tous ceux qui comptaient pour lui, mais la consolation de la mort lui avait été refusée.
Mais comme Mathilde en son temps, Andrej Delãny est revenu. Revenu dans son village après avoir perdu père, mère, femme et enfant (Et presque moi aussi, pauvre lecteur)
Euh, ça va aller les poncifs ?
Mais bon, j'ai gagné ce livre lors d'un concours (très) difficile, donc je continue, je persévère et tente d'amadouer mes persiflages. C'est de la dark fantasy, le début téléphoné doit avoir sa justification. 
Mais les premières impressions n'ont fait que croitre au fur et à mesure. Il traine avec lui un enfant boudeur et vengeur de la mort de ses parents, leur relation est digne de la plus éculée histoire père et fils.
Si vous connaissez un peu de quoi parle ce roman, vous vous doutez que la gente féminine sera présente, alors quid de la séductrice et diabolique Maria ? Au premier regard il tombe amoureux. Et Andrej, tu penses encore à ta femme qui vient de mourir en mettant ton fils au monde, que tu viens d'enterrer de tes propres mains ? Mais bon, comme dit le proverbe, le cœur a ses raisons blabla ! Et que dire de leurs ébats sur la place du village, contre la margelle du puits lors de leur deuxième rencontre !

Reste le décor. Non, ici non plus ça ne passe pas, un décor en carton pâte, pas assez détaillé, c'est moi qui faisait tout le boulot, m'inventant un pays, une noirceur. L'auteur tente d'accoler à son intrigue quelques brides historiques mais là aussi ça foire, s'est amené sans élégance, comme un cheveu sur la soupe.
On parsème ici et là de scènes d'action et de combat à l'épée. Oui car notre héros solitaire (normal, tout le monde meurt à ses côtés) est un champion de la lame. Problème, il n'a qu'à son actif qu'une dizaine d'années d'entrainement et n'avait jamais levé son épée sur un être vivant. Mais il s'en sort à merveille. Quand à la révélation finale, difficile de faire croire au lecteur qu'il a passé toute sa vie sans se rendre compte de certaines de ses particularités.


Psychologie des personnages : nul; Construction de l'univers : nul. Seul point positif à mon sens, ça se lit très vite.

On pourrait dire que c'est le premier tome d'une longue série (8 tomes !), il faut laisser le temps à la machine de chauffer. Et bien non, le premier tome doit donner l'envie de lire le deuxième. Pas ici.
Première incursion dans la dark fantasy et il sera difficile de m'en relever si près du bord du gouffre où j'ai failli tomber.


Mes imaginaires vous conseillent plutôt la lecture de la bande dessinée, moi je passe la main.



8 commentaires:

  1. Hé! ben mazette! Désolée, je rigole même si ce n'est pas drôle. Enfin si, ta critique reste pleine d'humour et de sarcasme.
    Je suis ravie que tu n'y sois pas tombé dans le gouffre. Je pense que du coup, je vais m'écarter du chemin, et laisser tranquille cet auteur germanique "plein de talents"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais moi je croyais que les livres que tu offrais avaient été adoubé de ta part. Je m'y suis plongé en me délectant d'avance des aventures qui m'attendaient... Tu fais des concours juste pour que tes camarades blogueurs donnent leur avis pour savoir si tu les lis. Bravo le lutin. M'en vais construire de toute pièce une critique pour un roman de SF militaire écrit par un troll qui va te donner l'eau à la bouche pour te faire passer l'envie de plaisanter à nos dépens !

      Supprimer
    2. Haha, moi j'ai eu un roman approuvé et recommandé par le Lutin, à ce (très très difficile) concours :p

      (Bon, en vrai c'pas sympa... Mais tu avais le droit à deux livres, toi, non ? Pit-être que le deuxième sera super chouette !)

      Supprimer
    3. Je vois qu'il y a des préférences en plus, la coupe est pleine.

      Le deuxième a été approuvé et recommandé aussi par le Lutin, je digère cette mésaventure et me lance.

      Supprimer
    4. C'est effectivement le seul que je n'ai pas lu.
      Mais, j'en avais des retours très sympathiques et la série est/était à mon programme, avec une grosse envie de le lire. Je l'ai donc offert en toute bonne foi. Et je suis désolée qu'il ne t'ai pas du tout plu.

      Je croise les doigts pour l'autre!

      Supprimer
    5. Et moi je pirate ton blog si je n'aime pas !

      Supprimer
  2. ♫ Ma mère voici le temps venu
    D'aller prier pour mon salut,
    Mathilde est revenuuue ♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que certaine connaisse leur Jacques

      Supprimer