Prise de tête

 

John Scalzi, L'atalante, 2018, 336 p., 10€ epub sans DRM


J'aime beaucoup les romans de John Scalzi, divertissants et toujours avec un fond critique sur la société. Alors dire tout le mal que je pense de cette dernière livraison me fend le coeur. Bloguer n'est pas toujours une sinécure !

Présentation de l'éditeur :


Décapitez l’adversaire et courez marquer un but, sa tête sous le bras. Tel est sommairement le principe de l’« hilketa », le nouveau sport à la mode.
On se rassure : les joueurs sur le terrain ne sont que des cispés, des androïdes pilotés par la conscience des véritables opérateurs, eux-mêmes tous des « hadens », des victimes du syndrome du même nom, enfermés dans leur corps réduit à la plus terrible paralysie.
Haden moi-même, je n’existe socialement que par cispé interposé. Je suis aussi agent du FBI, et c’est par un pur concours de circonstances que j’assiste à la mort d’un joueur d’hilketa au cours d’une compétition ; je parle de l’homme derrière le robot, en principe à l’abri de tout danger.
Alors, accident ou meurtre ? C’est ce qu’il va nous falloir découvrir, mon acariâtre mais futée coéquipière et moi. Paré à plonger dans les coulisses d’un sport où athlètes et  financiers sont prêts à tout ?


Mon ressenti :



Prise de tête se déroule dans l'univers d'un de ses romans précédents Les enfermés. Et je vous conseille hautement de le lire avant, il est meilleur et vous éclairera sur l'univers et le duo d'enquêteurs.
Lors d'un match d'hilketa, notre belle/beau et célèbre Chris assiste à la décapitation d'un joueur. Pas de panique, il s'agit d'un androïde. Mais cette partie du jeu semble cacher un autre événement beaucoup plus grave.


L'hilketa, c'est un match de rugby à la mode rollerball. Pas besoin de vous jeter sur ce roman si le sujet vous intéresse, il est traité de manière annexe, et vous pouvez retrouvez les règles du jeu en ligne sur le blog de l'Atalante  (c'est une annexe du livre)
Passé ce jeu étonnant, mais pas d'une originalité folle, reste une banale enquête qui se révélera plus tortueuse que prévu. Et si vous êtes fan de sherlockisme, de marplisme ou de poirotisme, ce prise de tête ne contentera pas vos neurones, l'auteur ne donnant les éléments qu'au fur et à mesure du déroulement de son intrigue.
Critique du sport de haut niveau, j'ai connu Scalzi en meilleur forme pour nous amener à nous interroger sur l'impact des enjeux financiers dans la sphère sportive. La thématique autour des différences n'est pas aussi présente que dans le premier opus, mais cela fait du bien de voir des romans avec des personnages hors norme.

Scalzi, c'est aussi, toujours, de l'humour, mais il est ici assez premier degré, pas très fin...

Seul point positif, la loi et son élaboration satisfaisant des groupes d'intérêt privé au lieu du Bien public. Ici, il s'agit de la loi Abrams-Kettering qui réduit "de façon draconienne les aides matérielles et financières de l’État pour les personnes souffrant du syndrome d’Haden.". Mais je pense qu'il y avait moyen de développer cette thématique pour faire évoluer l'univers

J'avais surtout aimer dans Les enfermés la partie « Libération : Une histoire orale du syndrome d'Haden » : une pluralité d'intervenants relataient l'apparition, la découverte et les conséquences du virus sur le monde. J'avais moins apprécié l'enquête, trop légère et des personnages caricaturaux. Reste dans cette dernière livraison le négatif.
Comme il faut toujours nuancer son propos, je dirais que la couverture est plutôt pas mal !

Au final, l'impression d'avoir lu de la chick lit : de la légèreté, des relations familiales, de l'humour et un rythme endiablé. Si vous aimez le genre, Prise de tête ne prendra pas la votre.


Certains blogueurs n'ont aucun goût :

Les lectures du Maki : "un thriller cyberpunk, excessivement drôle qui pointe les dérives de nos sociétés modernes. Un divertissement intelligent, humaniste"

De livres en livres : "J'ai trouvé le rythme vraiment très bon, sans parler de la fluidité de l'ensemble qui se lit vraiment tout seul. "

Citation :


Le Sebring-Warner Pallas n’avait rien d’un modèle rapide. Cependant, si l’on apprend quelque chose en se déplaçant en cispé, c’est à affronter la foule et les trottoirs bondés. En effet, les non-hadens ne cessent de bousculer les cispés parce qu’ils ne les voient pas comme des êtres humains à part entière. Ce n’est pas intentionnel. C’est un de ces préjugés inconscients dont les gens ne se savent même pas affligés.
Enfin, c’est involontaire la plupart du temps. Il existe tout de même de beaux salopards.


9 commentaires:

  1. Est-ce que l'on peut dire que cette chronique t'a un peu pris la tête ? Huhu, vive l'humour. =|
    Dommage pour toi en tout cas. Et dommage pour moi, j'aime le sport, j'ai espéré en commençant à te lire et tu as immédiatement refroidi mes ardeurs. Cela dit, si je lis un jour "Les Enfermés" et que je l'apprécie, je ne peux pas dire que je refuserai à coup sûr celui-ci (en espérant me souvenir de ton avis et ne rien en attendre).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien voilà, c'est fait dès le premier commentaire. Je me demandais qui allait faire cette blague vaseuse, et c'est toi qui gagne...
      SI tu aimes l'enquête des enfermés, celle ci pourrait passer. Mais si tu as aimé,lu, World War Z, une partie des enfermés pourrait te plaire

      Supprimer
  2. J'aurais pas osé la faire celle là...
    Sinon que tu n'es pas aimé, les bras m'en tombent !!! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien que tu n'aurais pas osé faire cette blague, c'est pour cela que je t’apprécie bien d'avantage que ce Baroona !
      Mis plus d'une semaine à le lire, cela fut une épreuve. Mais je ne suis pas très étonné, l'enquête du premier m'avait déjà pas trop étonné.

      Supprimer
    2. Je me sacrifie pour la communauté, j'évacue une problématique que tout le monde a à l'esprit, je prends sur moi, et voilà comment je suis remercié.

      Supprimer
    3. De une tu n'etais pas censé lire ma correspondance privée.
      De deux, mon compte a été pirate, ce n'est pas moi qui ai écrit le commentaire au dessus.
      De trois, tu sais très bien que j'apprej'a a la juste valeur ton sens du sacrifice

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais lu cet auteur. Si je comprends bien, ce n'est pas par là qu'il faut commencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les enfermés c'est top !
      La controverse de Zara XXIII c'est fun !
      Le vieil homme et la guerre c'est le must ! (même si j'ai pas aimé !!)

      Supprimer

Fourni par Blogger.