Noosphère

Audrey Pleynet, roman auto-édité, 2017, 374 p., 3€ epub avec DRM


Pourcentage requis de "Suspension consentie de l'incrédulité" pour apprécier ce roman : bien trop pour moi.
Pourcentage requis de "Pâmoison consentie devant la guimauve sentimentale" : bien trop pour moi

Présentation de l'auteure :


Et s’il suffisait de formuler une question dans son esprit pour en connaître immédiatement la réponse ? Acquise par l’humanité du jour au lendemain cette nouvelle faculté, qu’on appelle rapidement Noosphère, bouleverse les sociétés : essor technologique époustouflant, fin des élites intellectuelles, renversement des valeurs… Au sein du laboratoire du gouvernement français, Inès Amnel tente de percer le mystère de la Noosphère. Mais le phénomène est absolu. A moins qu'un homme, une anomalie, ne vienne tout changer... Jusqu'où ira alors Inès pour protéger la connaissance ?

Mon ressenti : 

Un roman auto-édité, des excellentes notes sur Babelio et Amazon, de quoi me laisser dubitatif sur la qualité du roman. Mais bon, je n'ai été voir ces infos qu'une fois le livre finit. 
J'ai lu ce texte à cause de sa nouvelle Citoyen+ qui en peu de mots avait réussi l’exploit de poser un univers, deux personnages crédibles et une critique des dérives technologiques. Le tout avec une très belle chute. Alors cela aurait été con de ne pas jeter un oeil à ce roman.

On ne va pas tourner autour du pot, malgré un début prometteur, l'enlisement de l'intrigue et mon emmerdement a vite pris le dessus : des passages capillotractés, une histoire d'amour, et un événement inexpliqué qui reste inexpliqué.
Moi, lorsque l'on me présente une équipe de scientifiques qui arrivent à mettre la branlée et survivre et à des militaires à leur trousse, j'ai tendance à rester perplexe. Qu'en outre, ils connaissent le plan de cadastre de Paris sur le bout de leur doigts, même l'intérieur des immeubles et réussissent à échapper à une armée de drones, de barbouzes et de militaires augmentent très sensiblement mon scepticisme.
Je pourrais vous citer une foule de passages bancals, invraissemblants, irréalistes mais je vais m'arrêter là. Ce livre n'est pas pour moi, pas pour la majorité des lecteurs de SF. (Il pourra cependant plaire au fans de romances et de thriller mâtiné de SF). Malgré un sous texte politique intéressant : les dérives technologiques sur la vie privée et l'acquisition du savoir par tous, le traitement est assez léger. Cela m'a fait penser au livre Le cercle de Dave Eggers

La romance est bien trop présente, il y aura même des bisous sur la bouche !
Bref, j'ai fini ce livre en diagonale pour avoir l'explication de cette noosphère, en vain. 
Mais ils s'aimèrent et eurent beaucoup d'enfants...

Audrey Pleynet explique sur son site :
Citoyen+ a fonctionné dans son but premier : faire découvrir ma plume, mon style et mon côté engagé. Beaucoup de lecteurs sont arrivés vers mon roman Noosphère suite à la lecture de la nouvelle (mais attention Noosphère est bien différent car mon écriture a violemment évolué en quelques années, l’intrigue est plus lente à se mettre en place, les messages philosophiques et politiques sont multiples et explicites et le tout s’apparente pour certains plus à un thriller scientifique qu’à de la SF)

Je vous invite à découvrir la nouvelle Citoyen+, disponible gratuitement sur Amazon et Kobo, après inscription !!! Le comble pour un texte dénonçant l'intrusion technologique dans la vie privée.
Sur la nouvelle, Apophis, Albedo, Symphonie, Yogo et la meilleure entre toutes, celle de L'épaule d'Orion.


Artemus dada a un autre son de cloche sur ce roman : Captivant

18 commentaires:

  1. Visiblement, tu n'as pas lu ce roman avec ton "troisième œil", celui qui fait fi de l'incrédulité ?!

    Très terre à terre tu reproches aux héros et autres héroïne, de connaitre le cadastre de Paris par cœur. Voir, tu nies aux scientifiques d'être capables de mettre une toise à des militaires !? Serais-tu victime du poncif qui fait de l'homme en kaki quelqu'un de forcément imbattable ?

    Mais trêve de bavardage, visiblement tu n'aimes pas les bisous, dont acte. Mais derechef, classer ceux qui ont aimé ce roman hors des amateurs de SF, est un peu fort de café.

    Mais je te pardonne ; puisque tu mets en lien mon propre propos sur ledit roman, et je t'en remercie.

    J'en arrive presque à oublier les griefs dont je t'accable. [-_ô]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chiens n'ont pas de troisième oeil...
      En technique militaire, je pense que les militaires sont bien plus performants que des scientifiques, ce qui explique le métier des uns et des autres. Et loin de moi l'idée de porter au pinacle ces hommes en kaki.
      Ceci dit, tu as lu mon avis un peu trop rapidement, jamais je n'ai dit qu'il ne fallait pas aimer la SF pour aimer ce roman. Je disais seulement que la majorité n'y trouverait pas leur compte. Tu es donc l'une des exceptions qui confirme la règle. Et tant mieux pour toi.
      Je pense survivre à tes griefs, nos ressentis sont juste différents, sur ce livre.

      Et les bisous, beurk, c'est comme ça que l'on choppe un rhume.

      Supprimer
    2. Avec toute cette agitations j'en oublie les bonnes manières : meilleurs vœux !

      Supprimer
    3. Nous avions bien fait cela dans les règles de l'art, nous nous étions souhaités nos voeux sur mon billet Bilan 2018.
      Mais mieux vaut deux fois qu'une : Meilleurs voeux à toi aussi

      Supprimer
  2. J'ai aussi abandonné en cours de route. L'idée était intéressante mais exploité d'un coté qui ne me sied pas. Je n'étais pas la cible contrairement à son excellente nouvelle Citoyen+

    Je pense pourtant que l'autrice à quelque chose qui peut marcher et sur son site elle nous explique que quelques uns de ces textes ont trouvé preneur dans des recueils de nouvelles.

    A suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous aurons tenté, peut être la prochaine pioche sera meilleure. Je ne doute pas que l'auteure peut nous pondre d'autres pépites.

      Supprimer
  3. Bon, je vais attendre un autre texte d'Audrey Pleynet. Je n'ai pas envie de lire un livre qui n'est pas de la SF et je n'ai pas envie d'émettre une critique qui serait négative sur un de ses textes alors que j'ai été vraiment bottée par sa nouvelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jour et la nuit que ces deux textes. Je crois avoir lu qu'elle devait sortir un recueil de nouvelles et un roman de SF militaire cette année.

      Supprimer
  4. Aucun doute, je passe mon tour sur ce coup-là. Mais pourquoi pas jeter un œil à sa nouvelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me dis pareil. Elle est si bien cette nouvelle ?

      Supprimer
    2. La nouvelle est gratuite et courte, donc pas besoin de chipoter.
      Même si ce texte n'est pas révolutionnaire, c'est très bien écrit et la chute est magnifique.

      Supprimer
  5. Je me demandais, vu ta chronique, si un éditeur n'apporterai pas un point de vue intéressant pour faire évoluer le texte...
    Mais bon comme j'ai beaucoup aimé sa nouvelle, j'attendrais d'autres textes de l'autrice ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le texte est assez bien fait, c'est juste que je ne suis pas le public pour ce genre de littérature.

      Supprimer
  6. J'ai la nouvelle dans ma PAL. Je ferai l'impasse sur celui-ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après tout est question de goûts, mais j'ai trouvé ce dernier assez léger. Par contre la nouvelle, elle se lit très vite.

      Supprimer
  7. Cela dit, si l'évènement inexpliqué était expliqué ce ne serait plus un évènement inexpliqué.
    Malgré cela, sans façon non plus. Je lirais bien la nouvelle, mais bon, mon avis de m'inscrire sur un site est proche du néant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, mais cela aurait bien de sortir des sentiers battus...
      Pour la nouvelle, je te comprends, c'est assez chiant de devoir s'inscrire juste pour la télécharger.

      Supprimer
  8. Pour celui-ci, c'est clair net et précis, je passe. Pour la nouvelle, à voir !

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.