mercredi 11 mai 2016

Bifrost n.81 : Dossier Pierre Pelot

Bifrost, Le Bélial, 2016, 193 p., 6€ epub sans DRM

Livraison de janvier 2016 de la revue Bifrost avec un dossier autour de Pierre Pelot

Pour une nuit, de Pierre Pelot : un récit autour de la maladie mentale, la réalité et l'utopie. Ce texte, bien écrit, poétique et rempli de colère, m'a fait penser aux textes de certaines chansons de Léo Ferré dernière époque tel le chien, Et basta !, Words words words…

Les yeux de l'arc-en-ciel, de Greg Egan : Un enfant doté d'implants oculaires décide de les hacker afin de distinguer tout le spectre des couleurs. Texte autour de la différence et de la vision du monde. Réjouissant.

L'amidéal, de Pierre Pelot : Un écrivain en panne d'inspiration, légèrement dépressif, voit débarquer un quidam qui se dit être son ami. Une nouvelle sur l'écriture, la société et l'amitié.

Suit le fameux Cahier critique sur l'actualité du genre SF. Afin de pouvoir prévoir ses futurs achats. Indispensable pour ne pas jeter de l'argent par les fenêtres.

Suit un large dossier sur Pierre Pelot.
En premier un essai bio/biblio-graphique par Claude Ecken. Nous y découvrons un Pierre Pelot prolixe dans la création (50 ans de métier, environ 200 romans à son actif !), épris de liberté et fuyant l'hypocrisie, contre le système et pour les exclus, désespéré.
Il a écrit dans tous les genres, de la littérature jeunesse à blanche, de la science-fiction au policier, au roman autobiographique… Il a été adapté plusieurs fois à la télévision/cinéma (L'été en pente douce, c'est lui).
Une interview, de Claude Ecken. Trop courte, mais dans laquelle transparait ce qui a été dit dans l'essai. Et montre un homme assez bourru et simple.
Quelques jalons bibliographiques par Philippe Boulier de l'époque (années 70) où Pierre Pelot s'appelait Pierre Suragne, principalement aux éditions le fleuve noir, ainsi que quelques pages sur les romans noirs par Laurent Leleu, pour finir par une sélection de quelques oeuvres phares.
Cent vingt pages consacrées à un auteur dont je ne connaissais que le nom et qui m'a donné envie de lire quelques un de ses romans, notamment Delirium Circus, Foetus-Party et La Ville où les morts dansent toute leur vie.

Un scientifiction de Frédéric Landragin autour des « problèmes de traduction, et la façon dont la SF traite les dits problèmes » et de l'analyse comparative entre traduction automatique et humaine. Interressant.

Ce numéro se termine par les fameux Infodéfonce & Vracanews autour de l'actualité SF
Un bon numéro, avec un petit bémol pour les nouvelles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire