mercredi 11 mai 2016

Bifrost n.79 : Dossier Yves & Ada Rémy

Bifrost, Le Bélial, 2015, 197 p., 6€ epub sans DRM


Une nouvelle livraison de Bifrost, avec un dossier sur Yves et Ada Rémy, que je connaissais de noms et allais enfin en connaître plus.

Comme habituellement, nous débutons par quelques nouvelles :
- Nuits cristallines, de Greg Egan. Il est question ici d'intelligence artificielle. Est-elle si artificielle que nous pouvons le penser ? Que se passe t-il lorsque nous jouons à dieu ? J'ai adoré cette nouvelle et sa mise en abime.

- Facteur X, de Laurence Rivière. A réserver aux inconditionnelles de Doctor Who. Et si cette série avait été française ? Un demi siècle de revisite de notre patrimoine audiovisuel. Drôle et documenté.

- Naissance et vie d'un fantôme, d'Yves et Ada Rémi. Texte fantastique autour d'un pilote de chasse fantôme. Bof

- Les légions du temps, de Michael Swanwick. Sur le voyage dans le temps. Je n'ai rien compris, bien que non novice sur cette question.

Suit le fameux Cahier critique sur l'actualité du genre SF. Afin de pouvoir prévoir ses futurs achats. Indispensable pour ne pas jeter de l'argent par les fenêtres.

Le dossier Yves et Ada Rémy, auteurs du chef d'oeuvre (d'après les critiques littéraires) Les soldats de la mer. Une longue interview suivie d'une bibliographie complète. Ne connaissant pas ces auteurs relevant du genre fantastique, j'en attendais beaucoup pour savoir si je devais acheter leurs livres. Il s'avère que non, mais ceci est une question de goût. J'ai trouvé l'interview étrange, les auteurs répondant souvent à côté des questions, ou de manière « sénile ». Je pense en outre que l'interviewer, Richard Comballot, doit beaucoup les apprécier, n'insistant donc pas assez lors des faux-fuyants. Pour finir, un doute sur leur idéologie, donc je garderai mon argent.

Pour finir, un long article de Roland Lehoucq à propos des trous noirs dans le film Interstellar et dans la science. Ardu mais intéressant.
Pas le meilleur numéro de Bifrost, mais cette revue permet d'en connaitre plus sur la science fiction, il serait bête de s'en priver.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire