Kei Arcadia - 2e épisode : Retour vers Calypsiao

Jean-Christophe Gapdy, autoédition, 2020, 66 p., gratuit



Tu aimes les histoires bien ficelées ?
Tu aimes les univers crédibles ?
Donc tu aimes Kei Arcadia !


Présentation de l'auteur :


Pour la première fois de sa vie, Kei Arcadia, jeune enseigne civile de 21 ans, se retrouve à bord d’un vaisseau-pirate, le Galion des étoiles. Se découvrir une place dans ce navire se révèle compliqué ; pourtant l’équipage ne la rejette pas et ceux qui commandent et dirigent ce bâtiment, ceux qui gravitent autour de sa Capitaine, Koyolite Tseila, l’aident et l’accueillent à leurs côtés comme une des leurs. Les premiers cycles s’écoulent de manière un peu irréelle pour Kei, mais tout se passe tranquillement.
Du moins jusqu’à leur approche de Mars.


Mon ressenti :


Alors que le premier épisode n'avait pas eu mes faveurs, cette seconde aventure allait me permettre de répondre à cette question primordiale : vais je continuer le périple de ce feuilleton ?
Et à mon plus grand étonnement, la réponse est OUI.
L’ombre du Kaizoku était un bon vieux space opera de capes et d'épées, Retour vers Calypsiao nous propose un space opera bien de nos jours nous montrant toute la palette de l'auteur.

Moins de fureur ici, on se pose et on prend le temps de découvrir la complexité du personnage principal et de ses comparses. Et une révélation va bouleverser les certitudes établies.
En peu de pages, l'auteur dessine un univers crédible et cohérent, avec ses relations "spatiopolitiques". Un background loin du carton pâte, qui n'est pas là que pour le décorum. Et un robot tardigrade fait son apparition et nous promet de bons moment pour la suite.
Seul bémol, j'étais à tel point plongé dans les aventures que je suis frustré de devoir attendre la suite.

La nouvelle est disponible en téléchargement libre au format epub, pdf et awz3 sur le site de l'auteur

Et la page dédiée au texte sur le site du Galion des étoiles afin de laisser un commentaire

Mon avis sur l'épisode 1



Aucun commentaire

Fourni par Blogger.