Sous la lumière d'Hélios

Dominique Lémuri, Armada éditions, 2020, 468 p., 6€ epub sans DRM



Petit éditeur, autrice inconnue, bref, de grande chance pour que ce soit de la merde.
Mais allons voir de ce pas si les préjugés ont un fond de vérité...

Présentation de l'éditeur :

2420. Eltanis, planète synchrone en orbite autour de Gliese 581, à vingt années-lumière de la Terre. Une colonie humaine de quelques milliers d’âmes s’y est établie et accueille un nouveau contingent de pionniers. Parmi eux, Clara MacQueen, une jeune télépathe au lourd secret, qui devra se battre pour survivre.
Quels mystères ce monde recèle-t-il sous son crépuscule permanent ? Quelles étranges formes de vie, dangereuses et envahissantes, croiseront la route de Clara ?
Et surtout, qu’est le Vood ?
Pour le découvrir, embarquez pour Eltanis !



Mon ressenti :

Fichu progrès technologique : être des précurseurs, les premiers à sortir du système solaire vers une exoplanète et à l'arrivée, voir que l'on s'est fait doubler par un vaisseau parti des dizaines d'années plus tard ! Conflit de pouvoir à prévoir, ainsi qu'une cohabitation difficile du fait des quelques générations d'écarts et du progrès technologique.

L'autrice nous immerge peu a peu sur cette planète baignée par le soleil d'Hélios et on suit les pas de quelques groupes, les retardataires (les Anciens), les premiers (les Augmentés) ainsi qu'un groupe de colons qui a été confiné du fait de son exposition à un pathogène inconnu (les Tanissiens).
Assez classique, on découvre peu à peu les tenants et les aboutissants de l'histoire : secret, conflit de pouvoir et tout le toutim. Mais l'autrice sait bien mener sa barque et j'ai été pris dans l'histoire.

Cerise sur le gâteau, la seconde partie nous offre un second souffle et les aventures repartent de plus belle. Entre les formes de vie alien dont on ne connait pas le but, un peu de cyberpunk avec des hommes augmentés, les éléments SF sont bien utilisés. Bref, cette histoire est crédible et terriblement entrainante.
J'ai bien aimé cette relation alien/homme, avec en creux cette question : somme nous prêt à abandonner une partie de notre humanité pour vivre en osmose avec la planète ? Un petit message écologique bienvenue. Autre chose que j'ai apprécié, il n'y a pas que des Blancs et en creux nous avons toute une problématique autour du racisme et de la tolérance. Et cette planète, Gliese 581 c existe vraiment, c'est la première exoplanète dans une zone habitable découverte par l'équipe de Michel Mayor !
Il y a bien une ou deux facilités, une histoire d'amour pas forcément nécessaire, mais qui nous donnera une partie de jambe en l'air à 4 : deux humains et deux aliens ! Ça change un peu dirons nous...
J'ai aussi trouvé la fin légèrement brouillonne, qui manquait d'explication scientifique pour tout à fait me convenir.

C'est typiquement de la lecture plaisir, sans surenchère, comme pour Romain Benassaya et ses Pyramides.
J'avais interviewé l'autrice récemment sans connaitre ses écrits. Le résumé, et surtout son "une jeune télépathe au lourd secret, qui devra se battre pour survivre." n'avait rien pour me rassurer sur ce premier roman mais je l'ai acheté pour la remercier d'avoir pris le temps de répondre à mes questions. Et au final, plus j'avançais dans ma lecture, plus je pestais contre le sommeil, le boulot, m'empêchant de lire un chapitre supplémentaire.

Lu en numérique, avec une légère ombre au tableau pour faire le casse couille : les lettrines décalent légèrement le texte au début de chaque chapitre. Rien de rédhibitoire. Et petit bonus, nous avons le droit à quelques croquis  !

 

 La pipelette Zina a apprécié la séance de bronzage


13 commentaires:

  1. Lecture plaisir, tu m'étonnes! Ok, généralement cette SF-là a du chien, mais je te voyais pas les flairer avec autant de gourmandise.
    En attendant, je signe pour cette lecture plaisir. Je veux du fun!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut varier les plaisirs et une bonne lecture détente, ça fait un bien fou.

      Supprimer
  2. Ah, je suis contente que son livre t'ait plu, il aurait été triste de lire sin interview avec plaisir pour ensuite lire une chronique négative. Il ne m'attire pas assez pour essayer, mais je note ce que tu en dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dominique Lémuri a été très soft en parlant de son roman, l'air de dire, ni touchez pas, c'est un premier roman. Et au final, on s'attend à pas grand chose et c'est en fait très bien fait.

      Supprimer
  3. La couverture est hideuse. Mais je note ce titre pour le jour où j'aurai envie de ma faire plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord, la couverture est hideuse (mais n'est ce pas à cela que l'on reconnait les petites maisons d'édition ?)
      Comme quoi, les apparences...

      Supprimer
  4. Ha cool. J'attends d'autant plus le livre "gagné" pour m'en faire mon propre avis.

    RépondreSupprimer
  5. Livre bien reçu : superbe édition papier et très belle mise en page. Dommage pour la couv, même si je commence à m'y habituer ^^'
    Et j'ai eu droit en bonus à une belle dédicace de l'autrice + une nouvelle de Gapdy " Le Fil du rasoir" (20aine de pages, bien aimé car gratos, mais 4€ sinon) + marque page aux couleurs du livre.
    Je suis en train de le lire et je me fais bien plaisir (pas de la hard SF quoi). Vraiment pour 20€ je regrette presque de ne pas l'avoir acheté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très belle édition en effet. L'autrice m'a fait la surprise de me le faire parvenir dédicacé.
      Je ne comprends pas pourquoi l'éditeur n'a pas mis en couverture le portrait couleur de l’héroïne, il est magnifique

      Supprimer
  6. Lu et bien apprécié aussi ��

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.