Lune de métal

 

Dumè Antoni, Éditions Ex Æquon, 2021, 220 p., 4€ epub avec DRM

 

Peut-on dire du mal d'un auteur corse sans se mettre à dos la mafia locale ?
Petit exercice d'équilibriste.

 

Présentation de l'éditeur :

Chris, une fillette de huit ans, est enlevée au domicile de ses parents, une nuit durant son sommeil. Elle n’est pas seule dans ce cas : d’autres enfants disparaissent de façon étrange, au point que le phénomène est qualifié de viral.

 

Mon ressenti :

Il faut toujours écouter ses parents. Lorsqu'ils te disent de faire attention sur les réseaux sociaux, de ne pas passer ta vie sur les jeux vidéo, il faut absolument les écouter. Car sinon, le virtuel pourrait parasiter le réel.
Voilà un thriller fantastique cyberpunk qui nous entraîne dans les pas d'une fillette qui disparaît subitement et de son grand frère qui va le retrouver dans un de ses jeux vidéos. Fillette, ado, je sens que tu commences à tiquer, ne serait ce pas du Young Adult ? J'ai eu la même peur et cela est très bien passé. C'est un livre qui peut autant se lire par les deux publics.

On entre rapidement dans l'histoire même si la plume de l'auteur est parfois dans le travers du trop expliqué. Je lis très peu de fantastique, et j'ai eu un peu de mal, moi lecteur de SF, à ne pas voir le récit sous forme rationnel au début et de tiquer légèrement, mais une fois que mon cerveau a bien voulu me laisser tranquille, j'ai pris plaisir à lire ce roman fantastique qui comporte quelques doses de SF, les amateurs de Snowpiercer devraient apprécier les clins d'oeil. Le pourquoi la fille s'est fait capturer dans le virtuel a su éveiller ma curiosité tout du long.

Au niveau des défauts, les personnages sont assez simples, une personnalité plus étoffée ne m'aurait pas déplu. Il y a aussi certains éléments de l'intrigue dont je me suis demandais leur intérêt. Côté positif, le personnage de la couverture reste mystérieux et est bien croqué. Attention toutefois, le seul délinquant de l'histoire s'appelle Farid !!!

C'est court, ça fait le job et la fin ouverte laisse libre cours l'imaginaire. Ce que j'ai le plus apprécié, c'est le fait que le message derrière est vraiment intégré au récit et n'est pas une charge contre internet.

Dernière question pour terminer : aurait-on trouvé le frère jumeau d'Actes Sud en cet éditeur ? Je pense que oui car le résumé raconte totalement l'histoire ! Comme je suis sympa, j'ai volontairement censuré une grosse partie de la présentation. Pour les amateurs, voici le lien.

Avis réalisé dans le cadre d'un service de presse

7 commentaires:

  1. Ça a l’air bien ficelé comme histoire .Et je le lirai sur une plage corse.
    Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lire un auteur corse sur une plage corse, on ne peux rêver mieux.

      Supprimer
  2. Complètement d'accord. Et c'est bien de retenir les lecteurs de lire la 4e de couverture. C'est le plus gros bémol du livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, je n'ai lu la 4ème de couv qu'après avoir terminé le livre, donc Ouf

      Supprimer
  3. Pourquoi pas? Je le retiens.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis assez tentée, en plus c'est un petit prix numérique alléchant. Et je m'abstiendrais de lire une 4ème de couverture digne d'Actes sud ^^

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.