F.E.L.I.N.E.

 

Arnauld Pontier, Rivière blanche, 2020, 404 p. (130 p. ce tome), 30€ papier

 

L'agent 007 est une p'tite bite, place à l'agente 727, sévèrement poumonée !


Présentation de l'éditeur

Son maître l’avait bien formée : elle atteignait toujours le point vital. Ses adversaires n’avaient aucune chance. D’autant que la Phase lui conférait un avantage temporel imparable. Elle pouvait aussi se travestir ou user de ses charmes ; c’était également une experte en matière d’infiltration. Mais malgré son habileté et sa puissance, elle n’était pas libre : elle était sous la tutelle du Superviseur, qui, au gré des événements, l’envoyait aux quatre coins de l’univers, en mission pour le compte du Central...
Elle ne s’était jamais posée de questions sur le bien-fondé de ces missions, sur ses soeurs de Materna et sur sa propre nature, jusqu’à ce que les Déviants prennent contact et qu’une mystérieuse organisation, Arach, s’en mêle… Tous prétextant détenir la vérité sur elle et sur son employeur, la F.E.L.I.N.E : la Force d’Élimination, de Libération et d’Intervention Nano-Équipée…

 

Mon ressenti :

Futur indéterminé, on se ballade dans l'espace comme on se ballade actuellement en avion, l'agente 727 a le permis de tuer et c'est la meilleure. Corps de rêve, technologie avancée, rien ne lui résiste. Une nouvelle mission va se révéler plus hasardeuse que prévue.

Une couverture bien pulpée, un titre aguicheur, bref toute la littérature que je déteste. Le Pulp était peut être bien dans les années 70 mais 50 ans plus tard, les mentalités ont changé, évolué. Seul un nom sur la couverture, Arnauld Pontier me fait passer à l'acte d'achat (encore merci Ponpon ! ;p). Un gros pavé sous une apparence fine, 400 pages, mais il y en a dans le coffre : 3 romans, une nouvelle et une postface. (Je ne parle ici que du premier roman, le reste viendra en son temps...)

J'entre dans le récit du bout des coussinets, m'attendant au pire, mais espérant me tromper. Et le flair canin, infaillible, est encore bien affûté. Alors oui il y a du sexe, pulp oblige, mais l'auteur s'en sert pour dénoncer les caricatures d'autrefois, détourner les codes sexistes de l’époque. Exemple, une fouille au corps de F.E.L.I.N.E. devient un acte hideux. Une mentalité de nos jours, OUF.  Voici un autre exemple :

Tu es bien serrée ; j'aime ça, souffla-t-il d'une voix rauque. C'était un piteux amant: il ne partageait rien, il prenait, sans d'autres égards que son propre plaisir. Un plaisir dénué de tout raffine ment. Pareille manière d'assouvir un tel acte, quand bien même consenti, est un viol. Elle en éprouva un profond dégoût. Par bonheur, il ne s'agita que quelques minutes, avant de rendre les armes et de se relever, conqué rant. P.110

En outre, la dédicace donne le ton si il en était encore besoin


Un thriller pour découvrir qui est au final cette F.E.L.I.N.E. , nom de code 727 mais qui préfère que l'on la nomme Lina. Un jeu de dupes, avec un empilement de méchants et/ou de gentils. Entre les tenants d'un monde géré par l'homme et les tenants d'un monde régi par la machine. Il y a un peu du Andreas Cort dedans, avec toutes les espèces aliens, et ce twist final, délicieux.

Car rien n'est jamais parfait en ce bas monde, je regrette quelques explications supplémentaires sur le monde, la technologie. Mais nul doute que ces manques soient voulus et apparaîtront des explications en temps et en heure dans les prochains tomes.
Le seul vrai bémol est la couverture de cette intégrale, qui trompe le lecteur sur la qualité et le sens du contenu.

Mais un conseil, ne l'achetez pas, c'est un page turner efficace, difficile de reposer le bouquin une fois commencé. Et il y a deux autres romans derrière. Ce serait dommage d’avoir pris une location à 2000€ la semaine pour rester affalé dans le canapé pour lire au calme.

C'est toi que que remercie
pour toutes ces heures de détente et de réflexions.

Lu dans le cadre du

Summer Star Wars – Obi-Wan Kenobi

S4F3


6 commentaires:

  1. Merci, cher Chien, de ce flair, qui te fit passer outre une couverture qui s'inscrit plus dans la collection de l'éditeur que dans la logique de mon propos (mais amateur de nose-art, et autres pin-ups, je ne crache pas dessus)... Mais oui, c'est du pulp et du page-turner, exprès ! Et merci aussi pour ce billet sur le premier volume de cette trilogie... qui donne envie de lire la suite ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, c'est du pulp-turner !
      Merci à toi, pour l'envoie, la dédicace, le prix, et l'évasion que me procure tes livres.

      Supprimer
  2. C'est donc pour ça qu'on dit qu'il ne faut pas juger un livre à sa couverture ? Ça reste quand même plus que dommage. Tout le monde n'a pas un chien critique pour voir au-delà des apparences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rivière blanche est habitué de la chose. La même couverture avec FELINE tenant en main un "paquet" masculin sanglant aurait été plus adéquat

      Supprimer
  3. Malgré tout je ne pense pas que ce soit pour moi 🤗

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.